Édition du Jeudi 2 juillet 2009


Imprimer Imprimer

Une majorité de chefs d'entreprise favorables au remplacement de la taxe professionnelle par un prélèvement sur la valeur ajoutée, selon une enquête

Selon une enquête de l'IFOP réalisée pour KPMG et publiée hier (1), 68% des chefs d'entreprise approuvent la suppression de la taxe professionnelle et son remplacement par un prélèvement sur la valeur ajoutée, qui, pour 62% des sondés, aurait un effet bénéfique sur leur société (69% dans l'industrie). Parmi les autres résultats de cette enquête, menée dans le contexte actuel de réforme de l'organisation territoriale, on notera que 62% des dirigeants se déclarent satisfaits des services apportés par leur commune ou structure intercommunale, 60% de ceux apportés par leur région, 57% de ceux apportés par leur département et 53% de ceux offerts par les services de l'Etat. Toutefois, près de 15% des dirigeants se montrent très insatisfaits des prestations qui leur sont proposées par chacune des collectivités: commune, département, région ainsi que pour les services déconcentrés de l'Etat. La majorité des chefs d'entreprise (77%) estime notamment que les services actuellement rendus par les collectivités locales sont insatisfaisants au regard des prélèvements fiscaux que subissent leur structure, notamment pour les dirigeants du secteur de la construction (84%) et ceux présents dans des agglomérations moyennes, de 20.000 à 100.000 habitants (83%). Au-delà de la fiscalité, les demandes des dirigeants auprès des collectivités locales sont également fortes dans le domaine de la formation professionnelle et de l'apprentissage (55%) ainsi que du développement des infrastructures et réseaux (43%). Les réformes proposées par la commission Balladur recueillent l'adhésion de la majorité des dirigeants. Ces derniers soutiennent particulièrement la spécialisation des régions dans la recherche, l'innovation et les grandes infrastructures (82%) et le regroupement obligatoire de toutes les communes dans des structures intercommunales (78%). Ces deux mesures sont perçues par respectivement, 74% et 67% des dirigeants comme pouvant avoir un impact positif sur leur entreprise. Les regroupements de collectivités au sein de structures plus importantes font aussi l'objet d'appréciations positives, même si leurs effets bénéfiques sur l'entreprise sont perçus par une moindre proportion des personnes interrogées. Ainsi, 66% des dirigeants soutiennent la création des onze grandes métropoles absorbant les compétences économiques des départements, 62% sont favorables à la réduction du nombre de régions métropolitaines de vingt-deux à quinze (53% jugeant son impact favorable pour leur structure) et 58 % approuvent la suppression des services locaux de l'Etat dans les domaines confiés aux collectivités locales. (1) Échantillon de 402 dirigeants d’entreprises, représentatif des entreprises françaisesde 10 à 500 salariés. La représentativitéde l’échantillon a été assurée par un échantillonnage raisonné sur les quotas (taille salariale et secteur d’activité, région) et un redressement selon les données INSEE. Les interviews ont eu lieu par téléphone sur le lieu de travail des dirigeants interrogés du 17 au 24 avril 2009. Pour accéder aux résultats de l'enquête, voir lien ci-dessous.
Édition du Jeudi 2 juillet 2009 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de janvier


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr