Édition du lundi 15 septembre 2014


Imprimer Imprimer

Manuel Valls lie l'avenir des conseils départementaux à la force des intercommunalités

Le gouvernement n’a pas tardé pour « lancer » officiellement les Assises des ruralités dont il avait annoncé la tenue, en octobre et novembre, deux jours auparavant en Conseil des ministres (lire Maire info du 11 septembre). Accompagné de la ministre du Logement, de l’Egalité des territoires et de la Ruralité, Sylvia Pinel, le Premier ministre, Manuel Valls, est donc venu présenter ces assises décentralisées vendredi dans la Marne, à Fère-Champenoise. Il y a affirmé que ces rencontres seraient l’occasion pour l’Etat de « repenser sa présence dans les territoires ruraux » et qu’elles devraient également « permettre de réaffirmer » son « rôle en matière d'aménagement du territoire ».
Le Premier ministre est également revenu sur la réforme territoriale, reconnaissant qu’elle suscitait « des questions, des inquiétudes, particulièrement dans les territoires ruraux ». Manuel Valls a commencé par confirmer la volonté du gouverment de faire des intercommunalités l’échelon de proximité. « Nous avons choisi de renforcer les intercommunalités car c’est à cet échelon que peuvent être menées aujourd’hui des politiques publiques de proximité efficaces (…) Achever la carte intercommunale, rendre les communautés de communes plus fortes, c’est l’un des axes du projet de loi que porteront Marylise Lebranchu et André Vallini à l’automne au Parlement », a-t-il déclaré.
Manuel Valls a aussi évoqué l’avenir des conseils départemenaux qu’il lie au « niveau de force et d’intégration des intercommunalités ». Le Premier ministre a alors rappelé les « trois cas de figure » actuellement envisagés. Dans « un nombre restreint de départements dotés d’une métropole », il s’agit de « s’inspirer du modèle lyonnais », à savoir la fusion, sur son territoire, de la métropole et du département. Deuxième hypothèse de travail : dans les départements dotés d’intercommunalités fortes, l’idée serait toujours de transférer les compétences du département à une fédération d’intercommunalités. Enfin, troisième cas de figure, dans les départements « où les communautés de communes n’auront pas la masse critique suffisante, ni la force pour assumer les compétences départementales, le conseil départemental perdurera avec des compétences simplifiées », a annoncé Manuel Valls.
Édition du lundi 15 septembre 2014 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France