Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux

Édition du mercredi 31 mai 2023
Scurit

Sauveteurs en mer : consacrées aux « besoins en financement », les journées nationales reviennent à la fin du mois de juin

Dans les années à venir, l'association de sauvetage en mer va devoir faire face à d'importantes dépenses afin de former ses sauveteurs et renouveler sa flotte. Ses Journées nationales se dérouleront les 24 et 25 juin prochains.

Par A.W.

Alors que la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) fait face à des besoins de financement importants, elle consacrera une partie de ses Journées nationales, qui se déroulent chaque année lors du dernier week-end de juin, à rappeler les « dépenses importantes »  qu’elle devra engager dans les années à venir, que ce soit pour le renouvellement de son matériel ou la réalisation de formations.
Instituées en 2017, ces journées se dérouleront les 24 et 25 juin 2023, en France métropolitaine et en outre-mer, sur les plages et dans les structures locales.

« Dépenses importantes »  et prévention

À l’occasion de cet événement, toutes les entités des Sauveteurs en mer ouvriront leurs portes et organiseront des manifestations : « démonstrations de sauvetage, formations, visites de bateaux, ateliers de prévention, ventes de produits dérivés… ». L’occasion également de « rencontres entre les bénévoles et le grand public pour présenter la SNSM, ses activités et son modèle économique, mais également pour valoriser l’engagement permanent des bénévoles »  et « sensibiliser les usagers de la mer aux bonnes pratiques et aux gestes de premiers secours en amont du lancement de la saison estivale », explique l’association.

Sont ainsi prévus, sur tout le territoire, des visites des moyens de sauvetage et des locaux des structures locales, des ateliers de sensibilisation aux bonnes pratiques et aux gestes de premiers secours, mais aussi des démonstrations de techniques de sauvetage. Si le site dédié à ces Journées nationales renvoie, pour l’heure, encore à l’édition 2022, la carte des activités semble, elle, bien présentée tous les différents événements qui seront organisés pour cette édition 2023 sur l’ensemble des littoraux français. 

Mais ces Journées seront surtout l'occasion d'évoquer les « besoins en financement »  de l’association puisque celle-ci « va devoir faire face à des dépenses importantes dans les années à venir afin de pouvoir continuer à porter secours dans les meilleures conditions : renouvellement de la flotte de navires, développement des formations des sauveteurs et des équipements adaptés sont nos principaux enjeux ».

Formations et renouvellement de flotte

En effet, les sauveteurs en mer bénévoles naviguent sur des bateaux très vétustes, souvent en service depuis plus de 30 ans. Dans les prochaines années, l’association va ainsi devoir remplacer dans les dix prochaines années 140 nouveaux navires – sur une flotte de près de 800 embarcations – pour un coût de 100 millions d'euros. Sans compter que « plusieurs infrastructures »  doivent être modernisées.

En parallèle, la SNSM doit aussi former ses sauveteurs afin qu’ils « disposent des compétences en navigation, sauvetage et secourisme leur permettant d’exercer leurs missions dans les meilleures conditions d’efficacité et de sécurité pour tous ». Face à « l’évolution du profil des sauveteurs »  et à « un accroissement des exigences réglementaires », elle a donc lancé, depuis 2018, le déploiement d’un « plan de formation ambitieux », notamment dans la perspective de la surveillance des plages. 

Son plan de formation 2021-2025 prévoit ainsi « 100 % des sauveteurs nageurs et plongeurs de bord qualifiés », « 90 % des sauveteurs embarqués (contre 70 % aujourd’hui) [qui] disposeront des qualifications aux premiers secours », de « 70 % à 80 % des patrons formés à la navigation opérationnelle et aux opérations de recherche et de sauvetage de personnes », ainsi qu’au moins « 50 % des sauveteurs [ayant] suivi une formation aux techniques individuelles de survie et à la lutte contre l’incendie ».

En 2021, la SNSM a ainsi accompli 442 000 heures de formation, soit près de 6 000 exercices réalisés et plus de 1 100 formations délivrées. 

« Jusqu’à 400 000 euros »  de ressources nouvelles dès 2023

Pour soutenir l’association, le secrétaire d’État à la Mer, Hervé Berville, a d’ailleurs signé un arrêté en début d’année qui lui permettra de bénéficier d’une nouvelle source de revenus via « une quote-part de 5 % »  de la taxe sur les parcs éoliens en mer.

« Cette fiscalité pourra représenter dès 2023 jusqu’à 400 000 euros »  de ressources pour l’association, avait détaillé à l’époque le secrétaire d’État, selon qui, cette taxe pourrait permettre d’abonder, à l’avenir, le budget de l’association à hauteur de « plusieurs millions d’euros par an au fur et à mesure de la mise en service des parcs éoliens en mer programmés sur les différentes façades maritimes françaises ». 

L’association, qui bénéficie par ailleurs d’une subvention annuelle de l’État de six millions d’euros, sera ainsi en mesure de « moins dépendre des donations privées », celle-ci étant à ce jour financée à 56 % par des ressources issues de la générosité du public et des entreprises et à 31 % par les subventions publiques (État et collectivités territoriales), le reste provenant de missions de services (dispositifs prévisionnels de secours, remorquages, dispersions de cendres…).

9 000 bénévoles 

Pour réaliser ses missions, l’association s’appuie sur 9 000 bénévoles – dont le nombre est parfois insuffisant - qui œuvrent à partir de 208 stations de sauvetage, 32 centres de formation et d’intervention (CFI) et 235 postes de secours sur les plages lors de la saison estivale, réparties sur tout le littoral métropolitain et ultramarin.

Chaque année, « les sauveteurs en mer secourent gratuitement plus de 10 000 personnes en mer et à partir des plages »  et, l’été, « ils soignent gratuitement près de 20 000 personnes et retrouvent bon nombre d’enfants égarés sur les plages ». En 2022, plus de 32 000 personnes ont ainsi été prises en charge par la SNSM.  

Réalisant « 50 % des sauvetages en mer », la SNSM forme, équipe et affecte chaque année près de 1 500 nageurs sauveteurs qui arment 35 % des postes de secours sur les plages, sous la responsabilité des maires des communes du littoral.

Pour sensibiliser le grand public aux risques les plus courants qui surviennent l’été, la SNSM a conçu un guide pratique en format smartphone – baptisé « Voilà L’Été ! »  – dans lequel on peut retrouver les conseils de prévention qui peuvent être diffusés par les communes littorales auprès des estivants.
 

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2