Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux
Édition du vendredi 16 juillet 2021
Ruralité

Une aide financière pour les commerces multi-activités en zone rurale

Cette aide d'un montant maximal de 8 000 euros par entreprise s'adresse à des établissements qui peuvent avoir une activité accessoire de restauration mais aussi d'épicerie, de bar-tabac, de presse, de point Poste ou encore d'auberge, a précisé hier le gouvernement.

Par Ludovic Galtier

« Des fermes-auberges mais aussi les bars tabac, des épiceries-bars, bref, des commerces multi-activités, souvent en ruralité, sont exclus du fonds de solidarité », regrettait, le 10 février, le député Loïc Kervran (Cher, La République en marche). « Pourquoi les bars-épiceries n'ont-ils pas une indemnisation suffisante ? », s'étonnait, le 25 mars, la sénatrice Pascale Gruny (Aisne, Les Républicains). 

Trous dans la raquette dans le plan de soutien à l’économie du gouvernement, les commerces multi-activités situés en zone rurale, « dont l’activité principale [autorisée à ouvrir] ne leur permet pas d’être éligible aux aides depuis le début de la crise sanitaire », ne passeront plus sous les radars, ont annoncé, hier, les ministres Bruno Le Maire (Économie, Finances et Relance) et Alain Griset (Petites et moyennes entreprises). 

Une aide portée par la DGE a finalement été accordée à ces établissements dont les pertes pour leurs activités fermées n’ont pas été compensées. Celle-ci « s’adresse à des établissements qui peuvent avoir une activité accessoire de restauration mais aussi d’épicerie, de bar-tabac, de presse, de point Poste ou encore d’auberge », explique-t-on du côté du gouvernement. Une reconnaissance pour le commerce multi-activités, qui « dans beaucoup de villages, est le seul commerce encore ouvert », retient Pierre Goguet, président de Chambre de commerce et d’industrie (CCI) France. Une question essentielle reste néanmoins à poser : la taille des communes concernées. Le décret qui n’est pas encore publié devrait permettre d’y voir plus clair.

Dépôt des demandes d’aides sur une plateforme nationale

Concrètement, « cette aide sera égale à 80 % des pertes de chiffre d’affaires réalisées entre le 1er janvier 2021 et le 30 juin 2021, liées à l’activité faisant l’objet d’interdiction d’accueil du public [de novembre 2020 à mai 2021], dans la limite de 8 000 € par entreprise ». La baisse de chiffre d’affaires doit être au moins égale à 10 %. « Le montant de l’aide est calculé par un expert-comptable, tiers de confiance à partir du chiffre d’affaires, sur la période éligible concernée de six mois (janvier-juin 2021) ».

« Nous tenons notre engagement : apporter une réponse adaptée à la situation de chaque entreprise », s’auto-congratule le locataire de Bercy. Le fonds de solidarité a effectivement été modifié à 17 reprises entre mars 2020 et mars 2021. « Cette aide est très importante pour ces commerces multi-services en zone rurale où ils préservent le lien social entre les habitants et contribuent à la dynamisation de ces territoires en assurant un service de proximité », le rejoint Alain Griset.

Ouvertes depuis hier, les demandes d’aide peuvent être déposées auprès des chambres de commerce et d’industrie (CCI) via une plateforme nationale : https://les-aides.fr/commerces-multi-activites). « Les demandes seront examinées au fil de l’eau et les premiers versements interviendront à partir de fin juillet. Le dispositif sera clôturé le 31 octobre ».

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2