Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux
Édition du lundi 12 avril 2021
Réseaux de télécommunication

En réponse au « sentiment d'abandon » des zones rurales, Orange s'apprête à lancer un « plan cuivre » dans 17 départements

La fermeture définitive du réseau cuivre est prévue pour 2030. Cette année, Orange mènera de nouvelles expérimentations dans quatre communes pour déterminer le plan d'actions visant à « accompagner des clients qui peuvent parfois être récalcitrants envers la fibre ».

Par Ludovic Galtier

« 2021 doit être l’année de la qualité de service »  des raccordements à la fibre mais aussi du réseau cuivre, dont des millions de Français dépendent et dépendront encore ces cinq ou dix prochaines années pour accéder à Internet ou au téléphone fixe. Comme dans l’interview qu’elle a accordée à Maire info, où elle nous donnait les derniers chiffres de déploiement fixe et mobile en France, Laure de la Raudière, nouvelle présidente du régulateur des télécoms (Arcep), a insisté jeudi, en conclusion d’une matinée d’échange consacrée aux « Territoires connectés », sur cet enjeu longuement traité au cours de la table-ronde « Réussir la fibre, et ensuite fermer le cuivre » , à laquelle participait Célia de Lavergne. 
La députée La République en marche de la Drôme s’est fait connaître pour son combat, aux côtés de 215 maires du département, visant à « garantir l'accès universel au téléphone fixe » . Elle dénonçait, jeudi encore, une « situation intolérable »  vécue par les habitants de hameaux ou de fermes isolées du Vercors, du Diois ou des Baronnies ainsi que « l’accélération de la dégradation du réseau cuivre en Drôme-Ardèche ». 
Un « sentiment d’abandon et de mise en danger de la vie d’autrui », en somme, amplifié, entre autres, par une convention de service universel - la nouvelle version est en cours de réflexion - qui n’était « ni universelle ni suffisamment cadrée » : celle-ci précisait notamment que « 85 % des utilisateurs doivent être réparés en moins de 48 heures, rien n’était dit pour les 15 % restants ».

Un « plan cuivre massif et très ambitieux »  annoncé dans les prochains jours

Directement interpellé, Orange, opérateur du service universel entre 2017 et 2020 et surtout propriétaire du réseau cuivre, s’est défendu « sans nier les problèmes d’entretien », par la voix de son secrétaire général Nicolas Guérin. 500 millions d’euros par an sont consacrés par l’entreprise à l’entretien de 28 millions d’accès et 15 millions de poteaux de la boucle locale cuivre, sur laquelle interviennent 1 200 techniciens et plus de 400 entreprises de sous-traitance. 
L’actuel président de la Fédération française des télécoms (FFT) a ajouté qu’Orange annoncerait « dans les prochains jours »  (la date est en train d’être calée avec le gouvernement) un nouveau « plan cuivre », le troisième depuis 2014, « massif et très ambitieux ». Financé exclusivement par Orange, il viserait à améliorer l’état du réseau cuivre dans 17 départements identifiés comme problématiques.
De son côté, le secrétaire d’Etat à la Transition numérique et aux Communications électroniques, Cédric O, a, une nouvelle fois bien rappelé que la « qualité du réseau cuivre »  doit être « maintenue jusqu’au bout, jusqu’à qu’une autre solution soit apportée »  aux utilisateurs.

Fermeture du cuivre : quatre nouvelles expérimentations avant la fin 2021

En parallèle, la fibre étant considérée comme « le réseau de demain », dixit le sénateur de l’Ain et président de l’Avicca, Patrick Chaize, la fermeture progressive du réseau cuivre est en marche. « Orange a d’ores et déjà annoncé viser la fermeture commerciale sur plus de 10 millions de lignes d’ici la fin de l’année, avec un premier lot de quelques dizaines de milliers le 15 mai 2021 », note l’Arcep, qui demande à Orange de préciser davantage ce calendrier. 
Pour préparer la fermeture de ce réseau, une expérimentation est en cours à Lévis-Saint-Nom (Yvelines), où la fermeture commerciale de « 116 lignes cuivre encore actives »  a été actée en novembre 2020. Depuis la fermeture commerciale le 31 mars 2021, reste maintenant le « démontage du cuivre ». Quatre expérimentations dans des communes aux profils différents (zone très rurale, commune accueillant plus d’entreprises que Lévis-Saint-Nom…) seront menées par Orange au deuxième semestre 2021, notamment pour déterminer le plan d’actions pour « accompagner des clients qui peuvent parfois être récalcitrants envers la fibre ». 
Des raccordements à la fibre qui ne sont pas exempts de tout reproche. « Un tiers des raccordements finaux à la fibre se passe mal », nous assurait, jeudi, Laure de la Raudière. « La fibre ne doit pas être une solution technologique déceptive pour les utilisateurs », ajoute la présidente de l'Arcep, pour qui il s'agit d’une question d’exploitation générale du réseau et non pas seulement de mode Stoc (sous-traitance aux opérateurs commerciaux). En attendant les remontées des indicateurs de qualité des opérateurs d’infrastructures en avril et des opérateurs commerciaux en juillet, elle assure qu’elle ne « laissera pas les points de mutualisation se dégrader sans prendre les mesures nécessaires ». Cédric O, lui, « n’est pas prêt à sacrifier la qualité des raccordements à l’usager sur l’autel de la concurrence ».

« Ma connexion Internet », un nouveau site proposé par l'Arcep

Signalons enfin que l’Arcep propose, depuis jeudi, aux utilisateurs de son nouveau site « Ma connexion Internet »  (en version béta jusque-là), le pendant de « Mon Réseau Mobile », de découvrir, via des cartes légendées, si leur habitation, leur immeuble, leur quartier (il suffit de renseigner l'adresse exacte de leur logement) est éligible à la fibre ou à d’autres solutions technologiques (satellite, 4G fixe…) ainsi que les débits offerts par les opérateurs. « Plus la peine pour les utilisateurs de faire le tour des opérateurs pour connaître les offres qu'ils proposent dans leur secteur d'habitation », se félicite ainsi l'Arcep, tout en reconnaissant que les données sont essentiellement fournies par les opérateurs (seuls les fichiers Informations préalables enrichies (IPE) des opérateurs d'infrastructures livrent des données géolocalisées pour la fibre).
Cette version de « Ma connexion internet »  intègre les données mises à jour au troisième trimestre 2020. L'objectif est d'actualiser les cartes à un rythme trimestriel d'ici la fin de l'année 2021. Les données par immeuble comme les statistiques communales et départementales sont disponibles en téléchargement sur le portail gouvernemental data.gouv.fr.

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2