Édition du mercredi 11 septembre 2013


    Imprimer Imprimer

Commerces et logements sociaux en attente de terrains militaires en Polynésie

Des projets commerciaux et de logements sociaux en Polynésie française sont suspendus au feu vert de Bercy sur la cession de terrains militaires désaffectés, un dossier que le ministère des Outre-mer aimerait voir résolu « d'ici la fin de l'année ».
Dans l'archipel du Pacifique sud, les réductions drastiques d'effectifs de l'armée a des conséquences importantes sur l'économie locale où les militaires habitaient avec leur famille. Plus de 1 000 postes – sur les 2 100 présents en 2009 – doivent disparaître d'ici 2016 et les deux tiers ont déjà été supprimés, essentiellement sur l'île de Tahiti (200 000 habitants).
Comme ailleurs sur le territoire français, la Polynésie bénéficie de mesures d'accompagnement de l'État pour aider les communes concernées à redynamiser et diversifier leur tissu économique.
Un contrat de redynamisation des sites de défense (CRSD) a été monté entre l'État, les communes (13 sont concernées) et le gouvernement de la collectivité, et adopté à l'unanimité des assemblées délibérantes fin 2011. Il prévoit notamment pour huit communes la cession à un euro symbolique des terrains militaires.
C'est justement cette cession à l'euro symbolique qui est bloquée par Bercy, au grand dam des élus locaux qui dénoncent un « deux poids, deux mesures » à leur détriment et se demandent quelles sont les véritables intentions du ministère des finances.
« Il y a des projets à caractères économiques, industriels et commerciaux », explique Phillip Schyle, maire d'Arue, à la pointe sur ce dossier. « Il y a aussi des projets de logements à Pirae et Taiarapu-Est ; mais aussi agricoles, à Faa'a, ou d'équipements collectifs comme des terrains de sports, un caserne de pompiers ou un établissement scolaire à Mahina », a détaillé Phillip Schyle.
Bercy a démenti à l'AFP toute « volonté de blocage », mettant en avant une « difficulté juridique » levée par la commission de la transparence: la cession à l'euro symbolique est possible « pour un projet d'aménagement de la commune or, en Polynésie, la compétence appartient à la collectivité et non à la commune ».
« On ne va pas céder des terrains dans un cadre juridique non stabilisé », a-t-on ajouté de même source, assurant « continuer de travailler avec le ministère des Outre-mer ».
Dans ce ministère, où tout projet de développement est encouragé pour tenter de juguler la grave crise économique et sociale qui sévit en Polynésie, on travaille à « trouver une solution, c'est notre objectif, et il la faudrait avant la fin de l'année ». (AFP)
Édition du mercredi 11 septembre 2013 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France