Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux
Édition du jeudi 22 juillet 2021
Numérique

Internet : le très haut débit surclasse le haut débit « pour la première fois » en outre-mer

L'une des principales conclusions de l'Observatoire 2020 des services télécoms dans les départements et collectivités d'outre-mer, rendu public hier par l'Arcep, est le croisement des courbes des abonnements internet à haut et très haut débit. Le Ftth (fibre optique jusqu'à l'abonné), qui s'impose particulièrement à La Réunion, progresse de 34 % en un an.

Par Ludovic Galtier

368 000 contre 358 000. L’écart est faible mais sur les 726 000 accès internet à haut et très haut débit sur réseaux fixes recensés en outre-mer, plus de la moitié est à très haut débit. « Au total, la proportion d’accès à très haut débit gagne 8 points en un an et représente 51 % du nombre total d’accès à haut et très haut débit, soit un taux supérieur de trois points à celui de la métropole (48 % fin 2020) », analyse l’Autorité de régulation des télécoms dans l’Observatoire 2020 consacré aux services télécoms dans les départements et collectivités d’outre-mer, qu’elle a rendu public hier. 

Ce résultat cache néanmoins d’énormes disparités territoriales : quand le taux d’accès internet très haut débit progresse péniblement dans la zone Antilles-Guyane (34 %), il culmine à 70 % dans la zone Réunion-Mayotte. Du simple au double…

Il est aussi celui d’une tendance mesurée depuis plusieurs années. « À l’image de la métropole, la croissance [des accès haut et très haut débit] est entièrement portée par celle du nombre d’accès à très haut débit (370 000, + 70 000 en un an), tandis que le nombre d’accès haut débit recule (360 000, - 35 000 en un an) ». Avec 230 000 des 370 000 accès à très haut débit sur son territoire, La Réunion concentrait, à la fin de l’année 2020, la majorité de ceux-ci.

La bascule vers l’Internet très haut débit portée par le Ftth

« Technologie à très haut débit la plus utilisée en outre-mer », le Ftth est essentiellement à l’origine de la bascule du haut vers le très haut débit « avec 240 000 accès fin 2020, en progression de 34 % en un an », note l’Arcep. Là encore, les disparités territoriales sont criantes : la plupart de ces accès (84 %) « ont été souscrits dans le seul département de La Réunion ». 

L’explication provient notamment du fait que l’île a une longueur d’avance sur le déploiement de la fibre : le taux d’accédants effectifs au Ftth atteint 47 % à La Réunion, « un niveau supérieur à celui de la France entière (43 %) », quand il se situe à peine autour de 24 % en Guadeloupe, 31 % à la Martinique et 33 % en Guyane.  

Du côté du mobile, « le nombre de cartes SIM dans les départements et collectivités d’outre-mer, 2,6 millions fin décembre 2020, diminue légèrement (-1,0 % en un an) après trois années de quasi-stabilité », relève l’Arcep. La faute en partie à une « baisse accélérée »  du nombre de cartes prépayées (- 150 000 en un an, contre - 75 000 en 2019) que « ne parvient pas totalement à compenser »  la forte progression des contrats forfaitaires (+ 125 000 en un an). « Cette dynamique s’observe dans tous les départements à l’exception de Mayotte où le nombre de cartes prépayées est stable ». La majorité de ces cartes (56 %) « ont été actives sur les réseaux 4G au cours du quatrième trimestre 2020 ». 

Un Livre blanc sur l’amélioration du raccordement à la fibre

L’Observatoire confirme donc s’il le fallait que la fibre reste la clef pour améliorer la connectivité des Français. 80 % des Français doivent avoir accès à la fibre fin 2022 et 100 % en 2025, selon les objectifs répétés par l’exécutif dès que se présente une occasion. Mais ces derniers mois, le rythme effréné des déploiements a considérablement nui à la qualité des raccordements. Ces derniers incombent la plupart du temps à des salariés d’entreprises sous-traitantes des opérateurs, souvent mal rémunérés et sous pression. Résultat : 20 % des raccordements se soldent par un échec. On ne compte plus ainsi les « plats de nouilles »  ou les armoires de raccordement « fracturées, éventrées, ouvertes aux quatre vents », comme le constatait en mars la rédaction d’Actu à Évreux (Eure), qui « sont sources d’échecs de raccordement ou de déconnexions des clients ». L’Arcep et l’Avicca sont plus d’une fois, notamment dans nos colonnes, montées au créneau.

« Le premier acteur impacté par ces difficultés [de raccordement] est le client : il connaitra des délais, et potentiellement des coûts, de raccordement à la fibre plus importants. Et s’il est raccordé, il risquera de connaitre des perturbations sur le fonctionnement de sa ligne. Les collectivités sont également impactées lorsque les armoires, situées dans la rue, font l’objet de dégradations ou de vandalismes », reconnait-on à la Fédération française des télécoms (FFT), qui a remis, lundi au gouvernement, son Livre blanc pour améliorer la qualité des raccordements. Ce document prévoit « la mise en place de procédures nouvelles de détection et de reprise des malfaçons, ainsi que l’instauration de sanctions progressives, et financières. Cela peut aller jusqu’à l’exclusion d’un sous-traitant responsable de dégradations avérées et répétées », expliquait Arthur Dreyfuss en juin.

Le président de la FFT évoquait ici la mise en œuvre de nouveaux contrats Stoc (sous-traitance à l’opérateur commercial). Ces nouveaux contrats comprennent pêle-mêle une formation renforcée des techniciens, la mise en place de comptes rendus d’interventions et d’un flux de signalement, entre les opérateurs d’infrastructures et les opérateurs commerciaux, des malfaçons constatées sur le terrain ou l’amélioration de la Base d’adresses nationales.

Télécharger le Livre blanc de la Fédération française des télécoms.

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2