Édition du jeudi 5 novembre 2015


Imprimer Imprimer

Le budget du logement adopté à l'Assemblée

Le budget du logement a été adopté hier soir à l'Assemblée nationale, sans « remise en cause » des aides personnalisées au logement (APL) pour les étudiants, comme promis par le gouvernement, mais avec une mesure « symbolique » pour exclure les enfants dont les parents payent l'ISF.
Pour enrayer la hausse constante des APL, première dépense de l'Etat sur le logement, le projet de budget, qui était examiné en première lecture, prévoit de raboter 225 millions d'euros sur ces aides sur un montant total de 15,5 milliards.
Cela passe par deux principales mesures : la prise en compte du patrimoine du bénéficiaire dans le calcul de son revenu fiscal de référence, servant à déterminer le montant de l'APL. Et la mise en place d'un « plafond de loyer excessif », à partir duquel l'APL sera dégressive. Les députés ont précisé que la prise en compte du patrimoine, à partir duquel l'APL diminuera, se fera à partir de 30 000 euros, ce qui devrait toucher 10% des bénéficiaires.
Les organisations étudiantes avaient fait part de leurs inquiétudes sur des amendements qui proposaient notamment de prendre en compte « les ressources des parents et l'éloignement géographique entre le lieu d'études et le domicile familial » pour « mieux cibler les aides vers les étudiants qui en ont le plus besoin ».
Mais le gouvernement avait fait savoir qu'il n'y aurait « pas de remise en cause » des APL pour les étudiants et ces amendements ont de fait été retirés dans l’hémicycle. Les députés ont tout de même adopté des amendements « de portée symbolique » de Daniel Goldberg et de François Pupponi (PS) visant à rendre inéligibles aux aides au logement les particuliers rattachés au foyer fiscal de leurs parents lorsque ceux-ci sont assujettis à l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF).
Outre les APL, le projet prévoit un effort financier pour renforcer les capacités d'accueil des sans-abri et des réfugiés. Les députés ont voté en séance une enveloppe de près de 70 millions d'euros en plus pour financer des places d'hébergement et de 26 millions pour l'aide à l'accès au logement.
Le texte prévoit aussi un élargissement du prêt à taux zéro pour l'achat de logements anciens et comporte une hausse des « aides à la pierre », subventions versées aux bailleurs sociaux pour la construction de HLM.
La création d'un Fonds national d'aides à la pierre (Fnap) mettant en commun les subventions de l'Etat et des fonds prélevés sur les bailleurs sociaux a fait l'objet de débats assez longs et un peu confus sur son financement. Les députés ont adopté un amendement à l'initiative du gouvernement, qui vise à porter la participation de l'Etat à 250 millions d'euros en 2016 au Fnap, comme s'y était engagé le président François Hollande devant le Congrès de l'USH en septembre dernier.
Sur ce fonds, le Mouvement HLM a dénoncé hier dans un communiqué « un prélèvement supplémentaire sur les organismes HLM », tandis que La Fédération des Offices publics de l’habitat (OPH) a fustigé « l'accroissement considérable des ponctions sur les organismes HLM et donc sur les loyers des locataires ».
Globalement, l'enveloppe pour l'égalité des territoires et le logement diminuera de 196 millions d'euros en 2016 et atteindra 17,7 milliards d'euros, la ministre du Logement Sylvia Pinel parlant d'un budget « préservé et maîtrisé ». (AFP)
Édition du jeudi 5 novembre 2015 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France