Édition du vendredi 11 janvier 2019


    Imprimer Imprimer

Confiance politique : le maire, seule personnalité à progresser sur fond de remise en cause des institutions

Le maire conserve - et de loin - son fauteuil de personnage politique préféré des Français. Selon le Baromètre de la confiance politique, publié hier par le Cevipof (Sciences Po), les Français sont 58 % (10 % « très confiance » ; 48 % « plutôt confiance ») à lui faire confiance. Seul personnage politique à dépasser la barre des 50 % sur cet indicateur, le maire bénéficie de surcroit d’un taux de confiance en hausse : + 3 points par rapport à décembre 2017. Les Français sont également majoritaires - 54 % (+1 point) - à manifester leur confiance vis-à-vis du conseil municipal.
Pour le reste, on s'aperçoit que le taux de confiance dans l’élu baisse à mesure que la collectivité dont il a la charge s’éloigne du citoyen : ainsi, les Français accordent à 38 % leur confiance au conseiller départemental (-2 points) et à 36 % au conseiller régional (-3 points).
Si les élus locaux sont relativement préservés, la cote des élus nationaux n'en finit plus de chuter sur fond de crise des Gilets jaunes. Si le député perd « que » quatre points de confiance (31 %) en un an, le Premier ministre et le président de la République ont égaré beaucoup de monde en chemin. Ils ont respectivement conservé la confiance de 25 % (-11 points) et 23 % des Français (-13 points). Surtout, une majorité de Français - 53 % - dit ne « pas avoir du tout confiance » en Emmanuel Macron (en tant que président de la République). Son taux de confiance à cette fonction est aussi faible que celui de François Hollande en décembre 2014.
De la même façon, le taux de confiance dans l’institution présidentielle s’effondre dans les mêmes proportions (23 % ; - 10 points) et atteint - comme toutes les institutions hormis le conseil municipal - son plus bas niveau depuis la création du baromètre il y a quasiment dix ans. Seuls le gouvernement (22 % ; -8 points) et les grandes conférences internationales, comme le G20 (19 % ; -6 points) sont moins bien classés.

La démocratie ne fonctionne « pas très bien » pour 7 Français sur dix
Inévitablement, les Français, dont la défiance vis-à-vis des élus et des institutions de la Ve République n’a jamais été aussi importante - 32 % des Français éprouvent du « dégoût » pour la politique (historiquement haut), 2 % seulement du « respect » - portent un regard critique sur la démocratie. Pour 70 % des Français, elle ne fonctionne « pas très bien » (+9 points par rapport à décembre 2017, le record avait été établi à 73 % en décembre 2014). Près d’un tiers des sondés (31 %) considèrent qu’elle ne fonctionne « pas bien du tout ».
Pour autant, les personnes interrogées sont une majorité (53 %) et plus nombreuses qu’en décembre 2017 (+2 points) à s’intéresser à la politique. Simplement, elles déplorent à 85 % (+2 points) que les responsables politiques « ne se préoccupent pas » de ce qu’ils pensent et à 74 % que les politiques menées par l’État soient conduites « dans l’intérêt de quelques-uns ». Par conséquent, les Français estiment à 73 % (+ 12 points) que « le gouvernement devrait changer ses projets politiques en fonction de ce que la plupart des gens pensent ».
Ludovic Galtier
Télécharger le Baromètre de la confiance politique du Cevipof (janvier 2019).
Édition du vendredi 11 janvier 2019 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France