Édition du mardi 14 avril 2020


    Imprimer Imprimer

La fonction publique a perdu 21 800 emplois en 2018 sous l'effet de la baisse de contrats aidés 

 

Quasiment stables entre 2016 et 2017, les effectifs de la fonction publique ont diminué entre 2017 et 2018, période au cours de laquelle un déficit de 21 800 agents (- 0,4 % en un an) a été enregistré. Pour l’Insee, qui a publié le 8 avril son étude annuelle sur l’emploi public, cette décroissance s’explique principalement par une nouvelle chute du nombre des contrats aidés, 60 000 bénéficiaires de ce dispositif n’ayant pas vu leur contrat reconduit au cours de l’année 2018 (- 43,2 %).
Cette baisse du volume des contrats aidés masque toutefois une autre perception de l’évolution de l’emploi public dans l’hexagone. L’Insee observe, en effet, que, hors emplois aidés, les effectifs de la fonction publique ont augmenté de 38 200 agents en un an. Avec 5,6 millions de salariés travaillant dans les trois versants fin 2018, l’emploi public affiche donc une hausse de 0,7 % entre 2017 et 2018, soit quasiment la même progression que l’année précédente (+ 0,8%). « Les contrats aidés sont en grande partie remplacés par des emplois de contractuels et les agents employés sous ce statut sont de plus en plus nombreux (+ 52 800, soit + 5,2 %) », observe l’Insee.  Les auteurs de l’étude mettent ainsi en exergue que 33 100 bénéficiaires d’un contrat aidé fin 2017ont été recrutés comme contractuels en 2018. Par ricochet, le nombre de contractuels est en hausse sensible, puisque 52 800 agents supplémentaires ont été engagés sous ce statut en 2018 (+ 5,2 %).


Entre 2017 et 2018, les collectivités ont perdu 16 000 emplois
Dans la fonction publique territoriale (FPT), où l’on dénombrait 1,954 million d’agents fin 2018, la baisse des effectifs s’amplifie. En une année, ce sont 16 000 emplois qui ont été supprimés dans les collectivités (- 0,8 %). Ce repli s’explique principalement par la disparition de 29 200 postes de contrats aidés (- 43 %), le recrutement de contractuels ne compensant que très partiellement ces suppressions. En effet, seulement 11 700 agents embauchés sous contrat en 2018 étaient bénéficiaires d’un contrat aidé fin 2017. 
Dans les collectivités, ce sont les communes qui enregistrent la baisse des effectifs la plus marquée si l’on tient compte des contrats aidés, avec 16 500 agents de moins entre 2017 et 2018 (- 1,1 %). La baisse est encore plus nette (- 2,1 %) dans les organismes communaux (les CCAS par exemple) où l’emploi aidé est traditionnellement très utilisé. La réduction des effectifs communaux est également amplifiée par les transferts de postes vers les EPCI et les structures intercommunales. Toutefois, l’Insee observe que, hors contrats aidés, l’emploi territorial augmente de 13 200 agents (+ 0,7 %).
À noter que la contraction de l’emploi public (contrats aidés compris) est plus importante au sein de la FPT que dans les deux autres versants. Ainsi, dans la fonction publique de l’État (FPE), les effectifs n’ont que légèrement reculé, puisque le déficit est de seulement 3 600 agents en 2018 (- 0,1 %). Dans la fonction publique hospitalière (FPH), la baisse est plus importante : 2 200 agents en moins en un an (- 0,2 %).


Solde négatif des entréees-sorties
En outre, observe l’Insee, le solde entre les entrées et les sorties, négatif en 2017, se creuse encore en 2018 : « Une évolution principalement imputable aux fonctionnaires et bénéficiaires de contrats aidés ». À l’inverse, le solde positif des contractuels s’accroît entre 2017 et 2018. Dans la territoriale en particulier, le solde entrées-sorties « se détériore pour tous les statuts, mais de manière particulièrement marquée pour les fonctionnaires (- 7 200) ». 
L’Insee analyse, par ailleurs, les profils des agents dans chaque versant. Pour rappel, en ce qui concerne la FPT, les personnels de catégorie C sont les plus nombreux (75,5%) devant les agents de catégorie B (14,3%) et ceux de catégorie A (9,4%). Les collectivités emploient également une forte proportion d’agents âgés : 41,1% ont plus de cinquante ans pour seulement 4,2% qui ont moins de 24 ans. Enfin, le personnel féminin est nettement majoritaire au sein de l’emploi territorial (61,2%).

Emmanuelle Quémard

Télécharger l’étude.

Suivez Maire info sur twitter : @Maireinfo2

Édition du mardi 14 avril 2020 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France