Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux
Édition du vendredi 12 juin 2020
Fonction publique territoriale

Avec la chute des contrats aidés, l'emploi territorial s'est replié de 0,8 % en 2018

Au 31 décembre 2018, les collectivités territoriales et les établissements publics qui y sont rattachés employaient 1, 91 million d’agents, soit une augmentation de 13 200 personnels en un an (+ 0,7 %). Une évolution comparable à celle de l’ensemble de la fonction publique dont les effectifs globaux s’élevaient à 5,56 millions de salariés (+ 0,7 %). Tels sont les principaux enseignements de l’étude annuelle sur l’emploi public publiée le 11 juin par la DGAFP. Une étude qui fait par ailleurs apparaitre que 76,6 % (1 467 277 agents) du personnel territorial bénéficient du statut de fonctionnaire, alors que 20,4 % des salariés (391 129 agents) sont embauchés sous contrat, 3 % (57 009 agents) disposant d’un autre statut (assistants maternels ou familiaux, apprentis, etc.) 
L’enquête montre que l’augmentation des effectifs territoriaux enregistrée entre 2017 et 2018 est essentiellement liée (pour 0,6 point) à l’embauche de 11 700 bénéficiaires de contrats aidés en tant que contractuels. La nette diminution du nombre des bénéficiaires des contrats aidés constatée en 2018 (- 43,0 %, soit - 29 200 salariés) entraîne une baisse de l’emploi territorial sur un an. En effet, en prenant en compte les titulaires de ces contrats qui continuent à travailler pour les collectivités, l’emploi territorial baisse de 0,8 % en un an. Un repli sensiblement plus marqué que les années précédentes ( -0,4 % en 2016 et 2017). 
Le focus réalisé par la DGAFP sur les effectifs de la FPT montre par ailleurs que l’emploi territorial a été impacté par plusieurs autres facteurs en 2018. Ainsi, par exemple, la modification du statut de Paris inscrit dans la loi du 27 février 2017, qui a entraîné le transfert de 1 800 agents de surveillance de la Préfecture de police de Paris (donc de la FPE) vers la Ville de Paris. 


Féminisation et vieillissement des effectifs territoriaux
En considérant les différentes strates de l’emploi public local, la DGAFP observe par ailleurs que les effectifs des communes – qui représentent plus de la moitié de l’emploi territorial- reculent de 0,3 % en un an. Ce retrait est plus marqué dans les départements (- 1,1 %), alors que les effectifs des régions sont en hausse (+ 6,8 %). Là encore, les évolutions administratives sont à prendre en compte. C’est notamment le cas pour la Corse où le nouveau statut de la collectivité de Corse, issue au 1er janvier 2018 de la fusion des départements de Corse-du-Sud, de Haute-Corse et de la collectivité territoriale de Corse a fait bouger les lignes au sein des employeurs territoriaux. À périmètre constant, c’est-à-dire en considérant les effectifs des départements corses dans les régions en 2017, l’emploi est stable dans les départements et augmente de 3,3 % dans les régions. 
Autre phénomène constaté par la DGAFP : l’augmentation significative de l’emploi au sein des EPA locaux (+ 2,5 %, après + 3,4 % en 2017). Cette hausse est presque intégralement portée par les établissements intercommunaux (+ 4,1 %, après + 5,9 % en 2017), qui réunissent 17,3 % des agents du versant contre 13,9 % en 2012. « La hausse de l’emploi dans ces établissements est notamment liée à des transferts d’agents au sein du bloc communal : 10 600 agents y travaillent en 2018 alors qu’ils travaillaient fin 2017 dans des communes ou des établissements communaux », souligne l’étude. 
Enfin, on notera que la féminisation des effectifs se poursuit dans l’ensemble de la fonction publique. En ce qui concerne la FPT, la part des femmes s’élève à 61,3 % (+ 0,3 point en dix ans). Les femmes représentent près de neuf agents sur dix dans les établissements communaux (87,7 %, en baisse de 0,4 point depuis 2015) mais elles sont moins représentées dans les établissements départementaux (27,9 %, en hausse de 1,8 point depuis 2009), du fait de la faible proportion de femmes dans les services départementaux d’incendie et de secours. Par ailleurs, la DGAFP souligne que la FPT reste le versant le plus âgé de la fonction publique (45,5 ans). La part des moins de 30 ans y est particulièrement faible (10,1 %).

Emmanuelle Quémard

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2
.

S'ABONNER GRATUITEMENT NOUS ÉCRIRE
PARTAGER
IMPRIMER


Retrouver une édition

Sur le site de l'AMF
Accéder au site