Édition du lundi 4 avril 2005


    Imprimer Imprimer

Thierry Breton veut obtenir un déficit public sous la barre de 3% en 2005 et de 2,7% en 2006

Le ministre de l'Economie Thierry Breton a déclaré lundi que le gouvernement français travaillait toujours pour obtenir un déficit public sous la barre de 3% en 2005 et de 2,7% en 2006, et prévoyait une croissance 2005 entre 2 et 2,5%, en visant le haut de la fourchette. La Commission européenne a indiqué lundi qu'elle prévoyait un ralentissement de la croissance en France à 2% cette année. En termes de déficits publics, la France ne devrait toujours pas revenir sous la barre des 3% du PIB fixée par le pacte de stabilité. Après 3,7% de déficit en 2005, Bruxelles prévoit 3% en 2005 et 3,4% en 2006, là où Bercy table sur des déficits de 2,9% et 2,7%. "Je vous confirme que nous avons notifié à la Commission européenne que pour cette année nous serions en dessous de 3%" pour les déficits publics, a déclaré M. Breton en marge d'une visite dans un centre des impôts du XXe arrondissement de Paris. "J'espère qu'on sera à 2,9%. C'est ce sur quoi nous travaillons", a-t-il ajouté. "Pour l'année prochaine, nous travaillons à être au moins à 2,7%, donc on continue bien dans cet objectif", a encore dit le ministre. Pour la croissance, "on a eu plutôt une bonne nouvelle puisqu'on est à 2,6% (en comptant les jours fériés, ndlr) en 2004", a-t-il poursuivi. Pour 2005, "nous nous battons pour une croissance qui sera située, nous en sommes convaincus, entre 2 et 2,5% en visant plutôt le haut de la fourchette", a-t-il dit. En 2004, les collectivités locales ont cessé d’être excédentaires, avait indiqué début mars l’INSEE, alors qu’elles participaient jusqu’ici à contenir les déficits publics. Elles accusaient cette fois un besoin de financement de 2,2 milliards d’euros, confirmant ainsi les inquiétudes des élus sur l’avenir des finances locales. Les années précédentes, ces données montraient que les collectivités locales présentaient une capacité de financement : +2,1 milliards d’euros en 2001, +2,7 milliards d’euros en 2002. Mais en 2003, le mouvement d’endettement était entamé, avec seulement +0,5 milliard d’euros de capacité de financement. Durant la même période, l’Etat accusait un déficit de 34,6 milliards d’euros en 2001, de 57,5 milliards en 2002 et de 62,3 milliards en 2003. En 2004, le déficit s’est tassé, mais atteint 51,5 milliards. Les données des collectivités avaient permis au ministre d'estimer que les collectivités locales "dépensent trop".pt><
Édition du lundi 4 avril 2005 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France