Édition du Wednesday 26 février 2014


Imprimer Imprimer

Taxe sur l'électricité : Anne-Marie Escoffier confirme que le gouvernement est prêt à « retravailler » sa position

À l’Assemblée nationale hier, lors de la séance des questions au gouvernement, la ministre déléguée à la Décentralisation, Anne-Marie Escoffier, a confirmé et même clarifié encore les propos qu’elle avait tenu quelques jours auparavant au Sénat, concernant la taxe sur la consommation finale d’électricité (lire Maire info du 24 février).
Elle répondait à une question du député du Nord Jean-Jacques Candelier, qui s’inquiétait d’une « asphyxie des collectivités », notamment avec la perte du produit de la taxe communale sur la consommation finale d’électricité, que la loi de finances rectificative pour 2013 prévoit de transférer aux syndicats d’électricité. Il s’agit d’un sujet sur lequel l’AMF monte au créneau depuis plusieurs semaines, dénonçant « une catastrophe financière pour les communes », le produit de la taxe étant parfois équivalent à celui de la DGF. Les communes risqueraient, si cette réforme était appliquée, « de se retrouver en situation de déséquilibre budgétaire structurel », alertait encore l’AMF le 14 février dernier.
Jeudi dernier au Sénat, Anne-Marie Escoffier avait déjà entrouvert la porte en annonçant que le gouvernement n’était « pas opposé » à une nouvelle concertation sur ce sujet. La porte a été ouverte nettement plus largement hier, devant les députés. La ministre a en effet déclaré que le gouvernement avait « mesuré » que cette mesure « apportait une véritable difficulté pour les communes », puisque « 750 millions d’euros » se trouveraient transférés des collectivités vers les syndicats. En conséquence, le gouvernement est « clairement » décidé, selon Anne-Marie Escoffier, à « retravailler avec l’ensemble des élus locaux et des associations, pour réviser les conditions dans lesquelles cette taxe pourra effectivement être versée aux communes ». Ce travail devra être mené « en parfaite concertation » et être « pris en compte dans le cadre du projet de loi de finances rectificative 2014 ou du projet de loi de finances pour 2015, selon le calendrier qui sera le plus opportun ».
Ces annonces interviennent à la veille d’une rencontre décisive entre le Premier ministre et le bureau de l’AMF, prévue demain en fin de matinée.
De son côté, l’Association des maires des grandes villes de France (AMGVF), elle aussi très opposée à cette mesure, a fait part hier de son intention de déposer une proposition de loi au Parlement visant à « sanctuariser » la perception de la taxe communale sur la consommation finale d’électricité par les communes et les communautés.

Édition du Wednesday 26 février 2014 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de janvier


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr