Édition du jeudi 14 octobre 2010


Imprimer Imprimer

La lutte contre la pollution des milieux aquatiques débattue en conseil des ministres

La secrétaire d’Etat chargée de l’écologie a présenté une communication relative au plan national d’action pour la période 2010-2013 contre la pollution des milieux aquatiques par les micropolluants. Elle a tout d’abord rappelé que «les micropolluants sont les substances susceptibles d'avoir une action toxique à faible dose dans un milieu donné. 21% des rivières et 40% des nappes souterraines sont en mauvais état chimique au regard des paramètres fixés par la directive cadre sur l’eau. La réduction des pollutions par les micropolluants répond à des enjeux environnementaux et sanitaires mais aussi économiques. Elle permet notamment de réduire les coûts de traitement des eaux». Le compte rendu du Conseil expose les grandes lignes du plan national d’action qu’engage le Gouvernement pour la période 2010-2013. «La priorité est de réduire les émissions des micropolluants les plus préoccupants, d’agir à la source sur les secteurs d’activité les plus contributeurs et d’intervenir sur les milieux les plus dégradés», est-il souligné. Cette priorité répond aux obligations posées par la directive cadre sur l’eau qui «impose aux Etats membres le bon état des eaux d’ici 2015 et la réduction, voire la suppression des émissions des substances qu’elle classe comme prioritaires (par exemple le plomb, le mercure…) d’ici 2021». Pour la secrétaire d’Etat, «cela passe par une approche globale, en agissant sur l’ensemble du cycle de vie des micropolluants, et en faisant primer les logiques préventives sur l’action curative, notamment au niveau de la mise sur le marché». Un autre volet du plan porte sur l’amélioration des «programmes de surveillance des milieux et des rejets, pour assurer la fiabilité et la comparabilité des données. Un inventaire des émissions et rejets ponctuels et diffus des substances sera réalisé dans les deux ans à venir». Le plan national prévoit enfin «le renforcement de la veille prospective à l’égard des contaminations émergentes. Des campagnes exploratoires ponctuelles dans les eaux souterraines et les eaux superficielles seront lancées, à partir de 2011, en prenant notamment en compte des substances nouvelles telles que les médicaments». Pour accéder au compte-rendu du Conseil des ministres, utiliser le lien ci-dessous.
Édition du jeudi 14 octobre 2010 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de janvier


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr