Édition du mercredi 23 septembre 2015


Imprimer Imprimer

Croissance nulle au deuxième trimestre, le gouvernement confiant

L'Insee a confirmé que la croissance en France avait été nulle au deuxième trimestre, après avoir progressé de 0,7% au premier trimestre, selon sa deuxième estimation publiée ce matin, qui « conforte » la prévision de 1% de croissance pour 2015 selon le ministre des Finances Michel Sapin.
L'Institut national de la statistique et des études économiques a légèrement revu à la hausse l'acquis de croissance, c'est-à-dire la croissance annuelle si les deux prochains trimestres étaient nuls, à 0,9% contre 0,8% lors de la précédente estimation publiée en août.
« L'Insee confirme que la reprise est à l'œuvre », s'est aussitôt félicité le ministre, dans une courte déclaration à l'AFP.
La semaine dernière, le gouvernement avait maintenu sa prévision d'une croissance de 1% cette année, même si le Premier ministre Manuel Valls s'était montré plus optimiste mi-août, en déclarant que la France devrait « dépasser » 1% de croissance « et finir 2015 sur un rythme annuel de 1,5% ».
Autre bonne nouvelle pour le gouvernement : l'Insee a revu à la baisse le déficit public pour 2014 à 3,9% du PIB, contre 4% estimés auparavant, réduisant d'autant l'effort à réaliser pour parvenir sous les 3% en 2017.
Le pouvoir d'achat des ménages a pour sa part très légèrement régressé au deuxième trimestre par rapport au premier, à -0,1%, en raison d'une moindre progression du revenu disponible brut (+0,3% après +1%) par rapport aux prix à la consommation qui rebondissent (+0,4%, après -0,1%). Ceci a accentué le ralentissement du pouvoir d'achat (-0,1%, après une augmentation de 1,1% au premier trimestre par rapport à fin 2014). Mesuré en unité de consommation, le pouvoir d'achat se replie de 0,2% après +1%.
Le taux de marge des entreprises non financières est aussi resté quasi-stable au deuxième trimestre (-0,1 point), à 31,1%, après une forte augmentation au premier trimestre (+1,4 point par rapport à fin 2014).
L'Insee a légèrement revu ses chiffres pour les dépenses de consommation des ménages, à 0% au deuxième trimestre contre +0,1% annoncé lors de sa première estimation, ainsi que les investissements des entreprises à +0,3% contre +0,2% annoncé précédemment.
Le solde extérieur, lui, a contribué pour +0,4 point à la croissance contre +0,3 annoncé dans la première estimation. (Afp)
Édition du mercredi 23 septembre 2015 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France