Édition du lundi 4 novembre 2013


Imprimer Imprimer

Écotaxe : vers une concertation difficile

La manifestation organisée samedi à Quimper, à la fois pour réclamer la suppression totale de l’écotaxe et pour l’emploi, a rencontré un réel succès – avec 15 000 à 30 000 participants. Appelée par le maire de Carhaix, Christian Troadec, et soutenue par les quatre associations départementales de maires de Bretagne, cette manifestation a réuni des agriculteurs, des pêcheurs, des artisans et des entrepreneurs, ainsi que des salariés des nombreuses entreprises implantées en Bretagne et ayant récemment annoncé des licenciements (PSA, Alcatel, GAD, Doux, etc.).
Partie de la seule écotaxe, la contestation semble de plus en plus s’étendre à la question de l’emploi et du développement économique de la Bretagne – région frappée, notamment dans le secteur agroalimentaire, par une véritable hécatombe de plans sociaux.
Côté gouvernement, il a été annoncé jeudi qu’une « concertation nationale » sur l’écotaxe va être lancée sous l’égide des ministres des Transports, de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire (Frédéric Cuvillier, Stéphane Le Foll et Guillaume Garot), avec pour objectif de « permettre à l’État, aux collectivités locales, aux acteurs économiques et sociaux de la Bretagne de construire d'ici la fin de l'année un pacte d'avenir pour cette région ». Les organisateurs de la manifestation de Quimper ont d’ores et déjà accepté de se mettre autour de la table pour cette concertation, y compris les élus de l’opposition qui, mardi dernier, avaient boycotté la réunion organisée à Matignon.
Mais la concertation risque de ne pas être simple, dans la mesure où, au sein même des différents courants politiques, une certaine confusion règne : au Parti Socialiste, plus personne ne fait mine de défendre l’écotaxe, et les ténors de ce parti rejettent la responsabilité de la crise sur la précédente majorité, qui avait décidé du principe de cette taxe ; à l’UMP, les positions divergent fortement, par exemple entre Xavier Bertrand qui a appelé ce week-end à une suppression définitive de l’écotaxe, et Dominique Bussereau, ancien ministre des Transports, qui a demandé au gouvernement de la rétablir au plus vite !
Sur le terrain, le week-end a été marqué par plusieurs actions coup de poing. Plusieurs portiques écotaxe ont été attaqués et renversés par des manifestants, occasionnant l’interruption du trafic routier sur des axes importants. Le gouvernement craint à présent que le mouvement fasse tache d’huile : un portique a également été endommagé dans le Nord, ce week-end, ainsi que plusieurs radars routiers qui ont été incendiés. La porte-parole du gouvernement a vigoureusement critiqué ces actes de vandalisme, qu’elle a « déplorés, dénoncés et condamnés ».
F.L.
Édition du lundi 4 novembre 2013 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France