Édition du jeudi 18 juin 2020


    Imprimer Imprimer

Comprendre le nouveau protocole pour les établissements scolaires : ce qui a changé, ce qui ne change pas

 

Le nouveau protocole sanitaire « relatif au fonctionnement des écoles et établissements scolaires » a été diffusé hier soir par le ministère de l’Éducation nationale. Il doit permettre le retour à l’école, dès lundi prochain, de tous les élèves, de manière « obligatoire ». Ce protocole a été sérieusement « allégé », comme l’avait promis le ministre, Jean-Michel Blanquer : le texte a subi une sérieuse cure d’amaigrissement, et est principalement marqué par « l’assouplissement des règles de distanciation physique ».
Les mesures contenues dans ce guide s’appliquent à l’ensemble des établissements scolaires, mais également aux centres médico-scolaires et aux CIO (centres d’information et d’orientation). 

Ce qui a changé
Accompagnateurs. Première information à retenir : les accompagnateurs et les intervenants extérieurs peuvent de nouveau entrer dans les bâtiments scolaires. Il leur faut néanmoins se désinfecter les mains à l’entrée, et porter un masque dans les locaux. 
Distanciation. Le changement majeur concerne les règles de distanciation : la règle imposant une surface de 4 m² par élève disparaît, que ce soit dans les locaux ou dans les espaces extérieurs. À la maternelle, plus aucune règle de distance ne s’impose entre élèves « d’une même classe ou d’un même groupe » ; en revanche les différents groupes ne doivent pas se rapprocher à moins d’un mètre les uns des autres. 
Dans les écoles élémentaires et les collèges, les choses sont un peu plus compliquées : il n’y a plus d’obligation de distanciation entre élèves du même groupe ou de la même classe dans les espaces extérieurs ; mais celle-ci est maintenue, « lorsqu’elle est matériellement possible », en intérieur, notamment dans les salles de classes. Dans celles-ci, une distance d’un mètre doit être respectée entre les élèves « quand ils sont côte à côte ou face à face ». Faute de pouvoir pousser les murs, le ministère invite les responsables à « mobiliser tous les espaces de l’établissement », par exemple les CDI, pour y faire la classe. Ils proposent également, profitant de la belle saison, d’organiser « la classe à l’air libre » autant que possible. 
Là où le respect de la distanciation physique dans les salles de classe est matériellement impossible, il faut organiser l’espace « de manière à maintenir la plus grande distance possible avec les élèves », et imposer le port du masque aux enfants de plus de 11 ans. 
Dans les lycées enfin, le mètre de distance doit être respecté en intérieur comme en extérieur.
Masque. Le port du masque n’est désormais plus obligatoire pour les enseignants pendant qu’ils dispensent les cours, dès lors qu’ils sont à plus d’un mètre des élèves.
Restauration scolaire. En matière de cantine, les règles de distance énoncée ci-dessus doivent être respectées. Mais elles ne sont pas toujours claires… Ainsi, s’il est expliqué en page 3 qu’en maternelle, « aucune règle de distanciation ne s’impose entre les élèves d’un même groupe ou d’une même classe », notamment dans les réfectoires, on trouve, page 6, la phrase suivante : « Les flux et la densité des élèves sont organisés en respectant la distance d’au moins un mètre entre les groupes d’élèves appartenant à une même classe dans les écoles maternelles. » Comprenne qui pourra.
Dans les écoles élémentaires et collèges, les responsables sont, là encore, appelés… à faire au mieux. « Lorsque le respect de la distance d’un mètre entre élèves est matériellement impossible, il convient de faire déjeuner les élèves d’une même classe ensemble et de respecter une distance d’au moins un mètre avec les autres groupes. »
Nettoyage. Pour ce qui concerne le nettoyage et la désinfection, là encore les règles ont été notablement allégées : il n’est plus nécessaire de procéder à un nettoyage des sols, grandes surfaces, surfaces fréquemment touchées que « une fois par jour ». Idem pour les « bancs et espaces collectifs extérieurs », qui doivent eux aussi être nettoyés une fois par jour. Gros changement concernant les objets partagés (ballons, jouets, libres, jeux, crayons…) : ils peuvent de nouveau être utilisés, à condition d’être désinfectés une fois par jour ou « isolés 24 heures avant réutilisation ».

Ce qui n’a pas changé
Même si l’école est désormais à nouveau obligatoire, il est toujours demandé aux parents de s’engager à garder les enfants à la maison si ceux-ci ont une température supérieure à 38 ° C ou présentent des symptômes du covid-19. 
L’application des gestes barrières devenus classiques reste obligatoire : lavage régulier des mains, ne pas se serrer les mains ni s’embrasser, etc. Il est toujours demandé que les enfants se lavent les mains « a minima » en arrivant et en partant de l’établissement, avant et après chaque repas, avant et après les récréations, après être allé aux toilettes. 
Le port du masque reste obligatoire dans les collèges et les lycées « lors des déplacements ». Les masques doivent être fournis par les parents, mais en cas de manque, le ministère fournit à chaque établissement des masques grand public pour en donner aux élèves qui n’en disposeraient pas.
L’aération des locaux doit rester « fréquente » (au minimum toutes les trois heures) et durer à chaque fois au moins 15 minutes.
Le brassage entre les groupes d’élèves doit toujours être limité au maximum. Il faut donc veiller à « limiter les croisements entre élèves de classes différentes ou de niveau différents ». Pour ce faire, il est par exemple possible d’étaler les arrivées et départs d’élèves dans le temps et d’organiser les récréations « par classes ou groupes de classes ». 

Des questions encore en suspens
Beaucoup d’élus seront naturellement soulagés à la lecture de ce nouveau protocole, qui va éclaircir l’horizon en matière d’accueil. Reste qu’un certain nombre d’inconnues subsistent. En particulier la question des personnels. Rien n’est dit dans ce nouveau protocole sur les personnes dites « à risque », ce qui signifie qu’a priori la règle n’a pas changé : les personnes à risque (affections de longue durée, diabète, problèmes cardiaques, obésité, etc.) doivent toujours rester chez elles. Y aura-t-il, lundi, suffisamment de personnel - notamment enseignant - pour accueillir la totalité des élèves ? 
Par ailleurs, pour ce qui concerne les crèches, les élus ne savent pas à ce jour si les aides de la Cnaf vont être maintenues. 

F.L.

Télécharger le nouveau protocole.

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2

Édition du jeudi 18 juin 2020 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France