Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux
Édition du lundi 26 octobre 2020
Coronavirus

TousAntiCovid : ce que change la nouvelle application de traçage des cas contacts

Pour faire oublier l’échec de StopCovid, le gouvernement a modifié son nom et lancé, jeudi 22 octobre, une nouvelle version de l’application mobile de traçage des cas contacts. Mais « le cœur »  de TousAntiCovid « est resté inchangé », relativisait Bruno Sportisse, directeur de l’Inria, le même jour en conférence de presse. Depuis son lancement, 1,2 million de Français, dont le Premier ministre Jean Castex, l’ont téléchargée : ils s’ajoutent aux 2 785 681 utilisateurs de StopCovid.


Exit StopCovid, place à TousAntiCovid. Pour lutter contre la propagation de l’épidémie de covid-19 et en appui des brigades sanitaires, chargées d’enquêter sur l’entourage des personnes contaminées afin de casser les chaînes de contamination, Cédric O, secrétaire d’Etat à la Transition numérique et aux Communications électroniques, a dévoilé, jeudi, les contours de la nouvelle version de l’application de traçage lancée par le gouvernement en juin (lire Maire info du 2 juin). Sur le fond, rien ou quasiment rien ne change. 
Après les couacs constatés post-lancement désormais réglés, l’application est désormais disponible sur l’AppStore et l’Android Store (une simple mise à jour sera nécessaire pour les utilisateurs de StopCovid). Via l’activation du Bluetooth, elle permet de détecter et d’enregistrer les téléphones portables (et non l’identité de leur propriétaire ainsi que leurs déplacements) situés dans un rayon d’un mètre pendant au moins quinze minutes. 
De cette façon, l’utilisateur de l’application sera informé si, quelques jours plus tard, le propriétaire de l’un des téléphones enregistrés sous pseudonyme se signale positif au covid-19 sur l’application (le gouvernement garantit l’anonymat de la personne malade), auquel cas il deviendrait cas contact. « Cette alerte permet à l’utilisateur de se faire dépister prioritairement, au même titre qu’une personne contact identifiée par les médecins ou l’Assurance-maladie », explique le ministère des Solidarités et de la Santé sur son site. Les démarches à suivre (isolement, test) lui seront également notifiées. 

Objectif : 15 à 20 millions de téléchargements
« Si nous sommes suffisamment à télécharger cette application, cet outil peut être utile dans la lutte contre l'épidémie. Suffisamment, cela veut dire que nous devons être plusieurs millions à le faire », a martelé, jeudi, le secrétaire d’Etat. Il a précisé, hier sur France info, qu’il faudrait « entre 15 et 20 millions »  de téléchargements, « le plus rapidement possible », pour que la nouvelle application soit réellement efficace. 
On dénombre, pour l’heure, 1,2 million de téléchargements supplémentaires depuis jeudi, qui s’ajoutent aux près de 2,8 millions utilisateurs de StopCovid. Avec près de 4 millions de téléchargements cumulés, l’objectif est donc encore très loin d’être atteint et l’application française fait pâle figure à côté de ses voisines européennes : 6 millions de téléchargements ont été enregistrés le jour de leur lancement au Royaume-Uni et en Allemagne. À tel point que, dans son dernier avis publié le 21 octobre, le Conseil scientifique plaidait pour que l’application soit « fortement recommandée voire rendue obligatoire ».

De nouvelles fonctionnalités
L’exécutif a pourtant soigné sa communication pour encourager les Français à utiliser l’application : le dispositif est désormais présenté comme un geste barrière à part entière, au même titre que le port du masque et le lavage des mains. Il entend, bien qu’il les conteste, les craintes de ceux qui voient dans l’application une atteinte à la vie privée. Cédric O a, en effet, insisté sur l’intérêt d’activer le Bluetooth au moins « dans les moments à risque, où on doit redoubler de vigilance »  comme dans les lieux publics ou les transports, et plus forcément en permanence. Ce qui permettra également d’économiser les batteries. « L’objectif est de pouvoir remonter rapidement les chaines de contamination si l’une des personnes est ensuite testée positive ».
TousAntiCovid contient, par ailleurs, des fonctionnalités supplémentaires, comme un renvoi direct vers l’attestation de déplacement dérogatoire, nécessaire dans les territoires sous couvre-feu entre 21 heures et 6 heures mais aussi des informations relatives au nombre d’utilisateurs de l’application et à l’évolution de l’épidémie au niveau national. Des informations, plus locales, seront disponibles « dans les prochains jours », garantit Cédric O. L’utilisateur peut également avoir accès à DépistageCovid, « la carte des centres de dépistages actualisée et avec des informations sur les temps d’attentes remontées par les utilisateurs »  et à « MesConseilsCovid »  pour « avoir des conseils personnalisés ».
Pour booster l’application, le gouvernement compte, enfin, sur les élus. Un guide pour « accompagner les aidants à la prise en main de l’application »  a été diffusé à leur attention ainsi que celles des médiateurs, « pour rassurer vos publics et répondre à leurs questions, notamment sur les craintes liées à la protection des données personnelles ».

Ludovic Galtier

Télécharger le guide de l’aidant.

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2

S'ABONNER GRATUITEMENT NOUS ÉCRIRE
PARTAGER
IMPRIMER
Retrouver une édition

Sur le site de l'AMF
Accéder au site