Édition du lundi 3 janvier 2005


Imprimer Imprimer

Asie du Sud-Est : les élus se mobilisent

La mobilisation des régions, départements et villes de France en faveur des victimes des tsunamis en Asie s'est accentuée en fin de semaine parallèlement aux initiatives du gouvernement, organisations caritatives ou grandes entreprises nationales. L'Association des maires de France (AMF) a invité ses adhérents à adresser directement leurs dons aux associations d'aide aux victimes. De leur côté, les maires de grandes villes de France « expriment leur solidarité avec les populations touchées par ce cataclysme et les assurent de leur soutien le plus total dans les épreuves qu’ils traversent. » Ce soutien se traduit par la création d’un « compte spécial solidarité » destiné à recevoir les subventions exceptionnelles que les grandes villes se proposent spontanément de voter en faveur des victimes du raz de marée. Les fonds ainsi rassemblés « seront remis dans les délais les plus rapprochés aux organisations qui travaillent sur le terrain pour venir au secours des personnes sinistrées. » Toulouse attribuera une subvention de 100 000 euros, la métropole de Lille 50 000 euros, la communauté d'Amiens 15 000, Grenoble ou Roanne 10 000. Dinan doit voter en janvier une aide d'un euro par habitant (soit 11 000 euros). A Saint-Etienne, la mairie mettra en place à partir de lundi un point d'accueil unique pour le recueil de dons aux associations. Le maire de Dijon François Rebsamen a revu jeudi en baisse, de 150 000 à 50 000 euros, la contribution annoncée par la municipalité, pour la situer "dans la moyenne des dons des autres grandes villes de France", a déclaré le service de communication de la mairie. L'AMIF (Association des maires d'Ile-de-France) a pour sa part ouvert un compte de transit spécial "AMIF solidarité Tsunami" et a invité ses 1 281 communes membres à l'alimenter. La ville de Paris a indiqué que le dispositif de collecte de dons annoncé le 28 décembre avait été mis en place dans un nombre élargi d'arrondissements : Xe, XIe, XVe, XVIIe et XIXe. L'Association des régions de France (ARF) qui regroupe les 26 entités régionales de métropole et d'outre-mer, a annoncé des "initiatives coordonnées pour venir financièrement en aide aux sinistrés", selon sa porte-parole Ségolène Royal. L'aide sera calculée en fonction de la "capacité contributive" de chaque région. Une répartition géographique sera également fixée pour "monter des parrainages avec les régions touchées", a ajouté la présidente de Poitou-Charentes. Avant même l'annonce de cette action concerté, l'Ile-de-France s'était dite prête à mobiliser jusqu'à 200 000 euros pour la reconstruction des zones dévastées, notamment au Sri-Lanka. PACA avait annoncé le versement de 300 000 euros à des associations humanitaires, montant que devrait égaler la région Midi-Pyrénées. Le Centre a évoqué une subvention de 50 000 euros. Région côtière, la Bretagne veut participer "à la reconstitution de l'outil de travail de la communauté des pêcheurs". La solidarité s'est aussi manifesté au niveau des départements : l'Yonne donnant 15 000 euros à la Croix-Rouge, les Pyrénées-Atlantiques débloquant une première aide d'urgence de 20 000 euros. Même montant pour les Alpes-de-Haute-Provence. Les communes et agglomérations de communes ont annoncé de mutliples initiatives
Édition du lundi 3 janvier 2005 image
Journal Officiel

Journal Officiel du

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France