Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux
Édition du mercredi 5 mai 2021
Associations

Associations : les participations bénévoles en baisse de 7 % entre 2013 et 2018

L'Insee a révélé, hier, que cette baisse « est concentrée dans les domaines où le bénévolat est traditionnellement élevé ». À l'inverse, l'emploi salarié, lui, croît de 15 % en cinq ans.

Par Ludovic Galtier

Dans sa dernière enquête, parue hier, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) esquisse le profil des 1,27 million d’associations actives en France en 2018. Celles-ci se divisent, en résumé, en deux branches avec d’un côté, 1,1 million d’associations non employeuses et de l’autre, 170 000 associations employeuses. 
Les institutions sociales et médico-sociales sont « les poids lourds des associations employeuses ». 14 000 associations au service du monde économique ou des collectivités publiques entrent, elles aussi, dans cette deuxième catégorie. 

1,5 million de salariés en ETP

Les associations employeuses employaient, en 2018, 2,2 millions de salariés, ce qui représentait 1,5 million de salariés en équivalent temps plein (ETP), mais ont majoritairement recours au temps partiel, notent Sylvie Dumartin et Sandrine Firquet, les deux auteures de l’enquête. Plus d’un poste sur deux (53 %) est concerné. Ces associations ne sauraient donc fonctionner sans le bénévolat, en particulier dans le sport. Si plus d’une association sportive sur quatre (26 %) a déclaré avoir eu recours à l’emploi salarié en 2018, « une centaine seulement emploient 100 salariés ou plus. »  Conséquence : « près de la moitié de l’ensemble des heures d’activité sont réalisées par des bénévoles, contre 13 % pour l’ensemble des associations employeuses ».
L’engagement représenterait ainsi 580 000 emplois en ETP : 230 000 pour les associations employeuses et 350 000 pour les associations non-employeuses.

Les non-employeuses six fois plus nombreuses que les employeuses

Le bénévolat est surtout le moteur de l’écrasante majorité des associations, les non-employeuses. « Six fois plus nombreuses que les employeuses », les 1,1 million d’associations non employeuses fonctionnent grâce aux « 21 millions de participations bénévoles »  encore recensées en 2018. 
« Les associations non employeuses sont concentrées dans trois domaines d’activité qui regroupent les trois cinquièmes d’entre elles : le sport (24 %), les loisirs, divertissements et vie sociale [21 %, elles couvrent notamment les comités des fêtes, les clubs du 3e âge ou de personnel d’entreprises, les associations d’activités récréatives et de loisirs] et la défense de causes, de droits et d’intérêts [16 %, il s’agit d’associations de parents d’élèves, de consommateurs, de locataires ou propriétaires et d’anciens combattants]. Ces trois domaines concentrent à eux seuls 70 % des heures de bénévolat des associations non employeuses ». 
Faits notables : « L’activité bénévole dans le sport est encore plus importante dans les associations non employeuses que dans les associations employeuses : elle représente l’équivalent de 117 000 ETP, contre 64 000 pour les associations employeuses ». Les femmes sont, par ailleurs, encore « sous-représentées dans la gouvernance des associations sportives et de gestion de services économiques et développement local, où elles représentent moins d’un quart des présidents ».

Le bénévolat en perte de vitesse, le salariat progresse

L’enquête nous donne enfin à voir des éléments de comparaison entre 2013 et 2018. L’Insee relève que le bénévolat aurait tendance à s’étioler. « Le nombre de participations bénévoles diminue globalement de 7 % »  entre 2013 et 2018, remarquent les auteurs de l’enquête. « La baisse est concentrée dans les domaines où le bénévolat est traditionnellement élevé : les loisirs, la défense de causes, de droits et d’intérêts, l’action sociale, humanitaire ou caritative et le sport ». L’emploi salarié au 31 décembre (toutes durées de travail confondues) croît, à l’inverse, de 15 % en cinq ans, et le volume de travail salarié (en heures rémunérées annuelles) de 12 %. « Les effectifs salariés et leur volume d’heures de travail augmentent dans toutes les activités, y compris dans celles où le nombre d‘associations diminue. Les effectifs s’accroissent nettement dans les activités culturelles et de spectacles, mais aussi dans la défense de causes, de droits et d’intérêts, le sport et l’hébergement social ou médico-social. En revanche, ils n’augmentent que très faiblement dans les loisirs, l’action sociale, humanitaire ou caritative ; ils se stabilisent dans la santé ».

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2