Édition du vendredi 8 novembre 2019


Imprimer Imprimer

Europacity : élus et habitants dénoncent « l'abandon de la banlieue »

 

La « fin d’un espoir » pour des jeunes de banlieue : l’enterrement, annoncé jeudi par Emmanuel Macron, du mégaprojet Europacity et de la promesse de 10 000 créations d’emplois suscite une « déception immense » chez les élus locaux et les habitants, qui dénoncent « l’abandon » de leur territoire.
« Depuis que j’ai appris la nouvelle, j’ai la boule au ventre. C’est la fin d’un espoir », dit à l’AFP Kamel Slimani, membre du Collectif des vrais gens, qui défendait ardemment le projet d’aménagement du Triangle de Gonesse, dans le Val-d’Oise. 
« La déception est immense, on sent un mépris du gouvernement par rapport à la banlieue, on a l’impression que le président nous marche dessus juste pour dire qu’il fait de l’écologie. L’est du Val-d’Oise, c’est le parent pauvre de l’Ile-de-France. On n’a rien, pas de transports, pas de métro, on est abandonné », ajoute cet éducateur, militant associatif de longue date à Goussainville.
Emmanuel Macron a décidé d’abandonner ce projet de mégacomplexe de loisirs et de commerces au nord de Paris, qu’il juge « daté et dépassé », et de « réfléchir à un projet alternatif plus vaste », a annoncé jeudi l’Elysée.
« L’État ne tient pas parole, alors que l’aménagement du Triangle de Gonesse avait été impulsé suite aux graves émeutes de Villiers-le-Bel » en 2007, déplore Marie-Christine Cavecchi, la présidente LR du département.  
« Où est passée l’égalité des territoires si souvent prônée par le président de la République ? Les espoirs de milliers d’habitants et d’acteurs territoriaux de l’Est du Val-d’Oise sont anéantis par ce couperet brutal et injuste », s’alarme-t-elle. 
Dans un communiqué, le maire PS de Gonesse, Jean-Pierre Blazy, a lui déploré « une décision incompréhensible et inacceptable » qui sacrifie un territoire « au nom d’une vision uniquement symbolique de l’écologie. »
« Manifestement, Emmanuel Macron n’a pas compris l’avertissement de son peuple par la voix des Gilets jaunes. C’est une exécution en règle sans autre forme de procès, au détriment d’une population que le président abandonne », écrit-il.
Pour Ali Soumaré, conseiller régional PS de Villiers-le-Bel, « on se fait une virginité écolo sur le dos de la banlieue ». « Tout le monde sait que ce n’est pas Europacity qui va siphonner la planète, on parle de terres archi-polluées, entre des autoroutes et des aéroports. Cette décision, c’est une belle hypocrisie », dit-il. « Je mets au défi Emmanuel Macron de venir dans ce territoire pour dire quel est l’avenir », a conclu l’élu.
Le sénateur PS Rachid Temal a quant à lui « solennellement invité Emmanuel Macron à venir sur le Triangle de Gonesse dans les prochains jours pour présenter son plan B ». « Quid de l’avenir de l’unique gare Valdoisienne du Grand Paris Express? Quid des investissements en faveur de l’emploi, du logement, des transports? », a-t-il demandé. (AFP)
 

Édition du vendredi 8 novembre 2019 image
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France