Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux
Édition du mardi 5 octobre 2021
Aménagement

Les tiers-lieux, moteurs de la ville de demain ?

Les 21 et 22 septembre, la première édition du salon Innopolis Expo, dédié aux « innovations qui transforment nos villes et nos territoires », a rassemblé les acteurs de la ville durable, autour de tables rondes et de rencontres mêlant experts, élus, associations et citoyens. Emblématiques de la ville de demain, les tiers-lieux ont occupé une place de choix dans les débats.

Par Caroline Saint-André

FabLab, cafés solidaires, espaces de coworking, friches culturelles, campus connectés, ateliers artisanaux : les tiers-lieux recouvrent des réalités et des structures extrêmement diverses. Avec, néanmoins, un point commun : le « faire ensemble ». Depuis quelques années, ces espaces hybrides fleurissent dans les métropoles, mais aussi, dans les territoires ruraux. Gages d’attractivité, les tiers-lieux sont progressivement entrés dans le champ institutionnel. Avec le programme « Nouveaux lieux, nouveaux liens »  lancé en juin 2019, le gouvernement encourage le déploiement et la structuration de cet écosystème. Un soutien institutionnel qui prend de l’ampleur dans le contexte post-covid-19. Lors de la présentation, fin août, du rapport France Tiers Lieux – association œuvrant pour mettre en relation les porteurs de projets et les autorités –, le Premier ministre Jean Castex s’est engagé à faire des tiers-lieux un « pilier de la relance économique », afin de valoriser ce « visage de la France qui se réinvente au quotidien ». 

Accélérateur d’attractivité

Animée par Mathilde Colin et Mariétou Diagne, cheffes de projet au Tuba, tiers-lieu lyonnais d’innovation urbaine, la table-ronde a révélé l’énergie collective qui porte l’ensemble de ces projets. Représentatifs de l’hétérogénéité de ces « espaces infinis », les intervenants ont démontré l’intérêt et la force motrice de ces lieux collaboratifs pour les collectivités. Marie-Laure Cuvelier, secrétaire générale de France Tiers-Lieux, est venue rappeler combien ces projets peuvent être de formidables révélateurs de dynamiques territoriales. Ces lieux de « stimulation des initiatives »  peuvent ainsi jouer un rôle d’accélérateur d’attractivité (emploi, innovation, inclusion, lien social). En tant qu’interface entre l’État et les acteurs de terrain, France Tiers-Lieux vise à « mettre en lien les réseaux existants »  – une tâche ardue. Les acteurs de terrain demandent la création de filières pour favoriser la structuration de cet écosystème. L’institutionnalisation en cours ne peut qu’être favorable à ce processus, estime-t-elle. 

Fabrique de territoires

Pour Isabelle Radtke, co-fondatrice du Lab01, la fabrique numérique d’Ambérieux-en-Bugey, « les tiers-lieux sont des zones libres, qui permettent de faire en expérimentant ». Deux éléments sont déterminants pour faire aboutir ces projets, estime Isabelle Radtke : « la conjonction entre deux volontés »  – celle du porteur de projet et celle de la collectivité –, et un « timing »  favorable. « La communauté de communes de la Plaine de l’Ain voulait initialement créer un espace de coworking sous forme de délégation de service public ». Le projet Lab01 dépassait ce cadre, rejetant la verticalité des prises de décision, et visant la co-construction des projets avec les citoyens. « Il ne faut pas hésiter à hacker le système ! », estime Isabelle Radtke. Depuis lors, le Fab Lab d’Ambérieu été labellisé « Fabrique numérique de territoire », dans le cadre du programme porté par l’Agence nationale de cohésion des territoires et l’association France Tiers-Lieux. 

De son côté, Mathias Marmieysse, directeur de préfiguration du Living Lab Mobilité à la métropole de Rouen, est venu faire part de son expérience, plus institutionnelle. À l’origine du projet, soutenu par la métropole, le concept de living lab. Objectifs : préfigurer les usages du tiers-lieu, et ainsi intégrer le public dans les projets de la métropole, pour favoriser leur acceptabilité. Un atout considérable pour les collectivités porteuses de projet de long terme.

Dans un tout autre domaine, Marialya Bestougeff, directrice innovation du CentQuatre à Paris, a évoqué cette structure culturelle pionnière, connue pour ses concerts, expositions et performances. « Lieu infini d’art », le CentQuatre est un établissement public de coopération culturelle, mais aussi, un incubateur d’entreprises. Et si la diversité de ses fonctions fait sa force, son ancrage territorial reste central pour sa pérennité. Tout le monde a à y gagner dans le développement des tiers-lieux — collectivités en tête.

Accéder au rapport France Tiers-Lieux, août 2021.

Accéder au dossier de presse « L’État engagé auprès des tiers-lieux ».

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2