Maire-info
Le quotidien d’information des élus locaux


Édition du mercredi 7 avril 2021
Europe

Erasmus + : le nouveau programme 2021-2027 est lancé, des appels à projets ouverts

Ouverts depuis le 25 mars, de nombreux appels à projets autour de l'inclusion, la transition écologique, la transformation numérique et la citoyenneté active, les quatre priorités de la Commission européenne pour la période 2021-2027, sont susceptibles d'intéresser les collectivités. La petite enfance est désormais concernée par les projets dits de mobilité.

Par Ludovic Galtier

Nouveau septennat pour Erasmus +. Fort d’un budget de 26 milliards d’euros (+ 80 % par rapport à 2014-2020), le programme européen pour l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport a l’ambition, dixit la commissaire européenne à l’Innovation, la Recherche, la Culture, l’Education et la Jeunesse, Mariya Gabriel, de « stimuler le développement personnel, social et professionnel »  de 10 millions de personnes entre 2021 et 2027, soit autant que ces trois dernières décennies. 
L’agence Erasmus + France Education Formation compte pour ce faire, notamment, sur « la participation des collectivités territoriales ». Ce sont, pour l’heure, « surtout les régions qui sont impliquées »  dans des projets d’échanges européens, constate, pour Maire info, Sébastien Thierry, directeur général adjoint d’Erasmus + France Education Formation.

Des échanges entre personnels européens de la petite enfance en 2021

Pourtant, « les communes peuvent candidater aux appels à projets Erasmus + pour permettre à leurs agents de se former au contact d’homologues européens pour échanger des pratiques et faire avancer les politiques tant sur l’accompagnement des personnes âgées, que l’accueil des migrants ou encore la transition écologique ». Les actions dites de « coopération »  (candidatures ouvertes jusqu’au 20 mai 2021) ou de « partenariat »  sont aussi renouvelées.
Particularité en 2021, observe Sébastien Thierry : les actions de « mobilité », qui « ne se résument pas à la mobilité des étudiants mais concernent aussi les jeunes de la voie professionnelle, collégiens, lycéens, enseignants, formateurs et personnels administratifs », s’ouvrent au champ de la petite enfance. « On peut imaginer, par exemple, des visites de professionnels de la petite enfance, notamment issus des collectivités, dans d’autres pays européens pour comparer les systèmes de prise en charge des enfants dès le plus jeune âge. Je pense notamment aux ''Kindergarten'' (jardins d’enfants) en Allemagne ». Les candidatures sur les actions « mobilité »  sont ouvertes jusqu’au 11 mai 2021.

Quatre priorités européennes 

En parallèle, la Commission européenne a dessiné quatre priorités dans lesquelles pourraient s’inscrire les projets des collectivités. L’inclusion sociale est la première d’entre elles. « Selon le principe d’égalité des chances, un complément financier peut être apporté par Erasmus + en soutien à des structures qui travaillent en lien avec les jeunes, cela peut être une mission locale, des communes avec des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) ou des zones de revitalisation rurale (ZRR) », résume Sébastien Thierry. Deuxièmes priorités, la transition écologique et plus particulièrement l’éducation au développement durable, peuvent, quant à elles, « faire l’objet de coopération entre les écoles primaires et les collèges européens ».
D'autres projets, en lien avec la transformation numérique (équipement en ordinateurs portables des écoles afin de permettre les connexions entre des écoles de pays différents…) et la citoyenneté active (participation à la vie démocratique) peuvent aussi émerger : il s'agit des deux autres grandes priorités de ces sept prochaines années. 

Echanges scolaires : près de 500 établissements scolaires français financés en 2020

Avant d’entamer ce nouveau chapitre, Erasmus + France Education Formation a fait le bilan de son action depuis 2014 dans son rapport d’activités. Parmi les quelques chiffres à retenir, le budget initial d’intervention Erasmus + pour le volet Education et Formation s’élevait, en 2020, à 266 millions d’euros, « soit une augmentation globale de 11 % par rapport à 2019 ».
« En 2020, les partenariats de l’enseignement scolaire bénéficiaient de 52 % de l’enveloppe dédiée aux partenariats Erasmus+, soit 36,2 millions d’euros. 66 % des candidatures ont été financées, ajoute l’agence. Au total, en tant que coordonnateurs ou partenaires, 496 établissements scolaires français sont financés dans le cadre des échanges scolaires Erasmus + ». 
Une vingtaine de collèges labellisés Cités éducatives « participent, en outre, déjà activement au programme Erasmus +, avec des projets aux thématiques variées (lutte contre les stéréotypes de genre, promotion de la diversité et du vivre-ensemble, intégration des élèves allophones, bonnes pratiques alimentaires et sensibilisation au développement durable…) ».

Suivez Maire info sur Twitter : @Maireinfo2