Édition du 27  juillet 2016


Imprimer Imprimer

L’État reconnaît une situation « d’apartheid social et territorial » à Grigny

Hasard malheureux du calendrier : c’est au moment de l’attentat contre l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray, que le Premier ministre recevait, hier, le rapport interministériel qu’il avait commandé sur la ville de Grigny (Essonne), dont la cité de La Grande Borne a vu grandir Amédy Coulibaly, l’un des auteurs des attentats de janvier 2015.
Reçu au lendemain de ces attentats par François Hollande avec l’Association des maires des villes de banlieue, le maire de Grigny, Philippe Rio, lui avait alors remis un « manifeste » où il dénonçait « une inégalité territoriale délibérement organisée » pour sa ville où 45 % de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté. Six mois plus tard, Manuel Valls missionnait l’ancien préfet Michel Aubouin pour un audit général sur les politiques publiques à Grigny.
Ce rapport constate une réalité connue depuis bien longtemps. Malgré « les centaines de millions d’euros investis, Grigny fait partie de ces territoires de la République en décrochage qui souffrent d’un appartheid social et territorial ». Et malgré « tous les programmes correctifs mis en place par l’Etat depuis le début des années 80 », cette commune est « dans le peloton de tête des collectivités les plus fragiles ».
La mission interministérielle dresse le portrait d’une commune sans centre-ville tiraillée entre deux grands ensembles, la cité de La Grande Borne et Grigny 2, implantés par l’Etat au début des années 1970 sur une commune qui ne comptait alors que 3 000 habitants. La commune, qui vivait principalement de l’agriculture, a vu sa population grimper en quelques années pour atteindre près de 30 000 habitants, dont 90 % vivent dans les deux grands ensembles.
Dès 1974, un rapport de l’inspection générale de l’administration soulignait les difficultés structurelles que génèrerait une telle explosion démographique. Malgré une correction de tir plafonnant le nombre de logements de Grigny 2 à 5 000 contre les 8 000 prévus initialement, les difficultés se sont accumulées  et la ville est devenue assez vite éligible aux politiques de la ville.
La Grande Borne, cité labyrinthe en bord d’autoroute demeure « un quartier enclavé, victime de la pauveté et des trafics », souligne le rapport, même si l’arrivée d’une ligne de bus en 2017 et d’un tram en 2019 augurent d’une situation « plus favorable ». Grigny 2, l’une des plus grandes copropriétés dégradées de France, est « paralysée par les dettes » et « est devenue une porte d’entrée active de l’immigration irrégulière ». Les marchands de sommeil y rachètent des appartements, pour une bouchée de pain,  pour les découper et y entasser des familles vulnérables.
Autre difficulté héritée du passé : la situation juridique anachronique dont souffre le territoire de la ville, cette dernière n’en étant « responsable que d’une part résiduelle », l’essentiel appartenant à un organisme HLM en voie de dissolution, aux copropriétaires de Grigny 2 et à l’Etat.
Le rapport recommande de rattacher La Grande Borne entièrement à Grigny, alors que 10 % du quartier appartient encore à la commune voisine de Viry-Châtillon. Il préconise aussi la construction de nouvelles structures pour réintroduire des services de santé et des services publics qui ont déserté le quartier.
Le rapport plaide aussi pour « un renfort significatif du tribunal d’instance d’Evry » pour pouvoir traiter les dossiers de recouvrement de dettes et d’habitat indigne à Grigny 2. Il recommande également la création d’un premier « lycée polyvalent » et des efforts supplémentaires sur « la formation » et « l’enseignement du français aux adultes ». Le rapport chiffre par ailleurs à 2 millions d’euros par an la surcharge scolaire à Grigny, en difficulté budgétaire chronique car elle doit scolariser deux fois plus d’enfants que les autres villes de taille comparable.
La mission interministérielle souligne enfin « l’omniprésence de la délinquance locale qui impose son couvre-feu à l’heure où commencent les trafics de stupéfiants ».
Grigny fait partie des douze communes où l'Etat vient de nommer un délégué du gouvernement chargé de mobiliser « les dispositifs d’appui au développement des quartiers et à l’amélioration du cadre de vie des habitants ». Vincent Lena a été officiellement installé hier dans ses fonctions de délégué du gouvernement pour la ville de Grigny. 
C.N.

Télécharger le rapport.
Édition du 27  juillet 2016 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 27  juillet 2016

  • Ministère des solidarités et de la santé

    Décret n° 2016-1016 du 25 juillet 2016 fixant les conditions de délivrance et de distribution des produits de santé issus des stocks de l'Etat en cas d'accident nucléaire ou d'acte terroriste


    Lire le JO  

  • Ministère des solidarités et de la santé

    Arrêté du 22 juillet 2016 relatif à la mobilisation de la réserve sanitaire


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Arrêté du 11 juillet 2016 portant ouverture de l'examen professionnel d'avancement de grade d'éducateur territorial des activités physiques et sportives principal de 1re classe (catégorie B) en 2017 par le centre de gestion de la Vienne


    Lire le JO  

  • Ministère de l'économie

    Décret du 25 juillet 2016 portant nomination à la Commission nationale d'aménagement commercial


    Lire le JO  

  • Conseil supérieur de l'audiovisuel

    Délibération modifiant la délibération relative à la possibilité de reconduire pour cinq ans hors appel aux candidatures des autorisations délivrées dans le ressort du comité territorial de l'audiovisuel de Rennes et valables jusqu'au 4 juin 2017


    Lire le JO  

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro d'octobre :

100 e Congrès des maires : les principaux rendez-vous
Emploi : le débat sur l'avenir des contrats aidés s'engage entre l'Etat et les élus
TERRITOIRES. Les villes exhument leurs rivières enfouies en centre-ville
JURIDIQUE. Les lois pour renforcer la confiance dans la vie politique

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr