Édition du 28  novembre 2005


Imprimer Imprimer

Malgré les difficultés des communes, pas de modification en vue pour la nouvelle formule

Plusieurs maires ont récemment souligné des difficultés de mise en place de la nouvelle formule du recensement (loi n° 2002-276 du 27 février 2002 et décret du 5 juin 2003). Mais le ministre de l’Intérieur ne semble pas souhaiter atténuer les conséquences pratiques - et financières - cette nouvelle formule. Selon un sénateur qui l'interrogeait récemment (1), trois difficultés sont apparues. La première difficulté tient aux délais imposés par le nouveau système. L'INSEE fournit aux communes un répertoire des immeubles localisés fondé sur le recensement 1999. Les délais impartis aux communes pour vérifier l'exactitude de ce document ont été extrêmement courts (environ un mois). La deuxième difficulté tient aux conditions de prise en charge de l'opération par l'INSEE. Lors des précédents recensements, les dépenses engagées par les collectivités étaient couvertes par la dotation d'Etat. Les maires ont constaté que la dotation de l'INSEE était loin de couvrir les dépenses engagées, puisque les communes sont tenues de mettre à disposition un coordonnateur, les agents recenseurs, soit en les recrutant, soit en faisant appel à du personnel communal, en mettant à disposition des locaux sécurisés, des matériels informatiques... Enfin, la date choisie ne paraît pas la meilleure, elle coïncide avec les vacances de février. Il lui serait très reconnaissant s'il pouvait lui indiquer si le Gouvernement envisage de prendre des mesures pour pallier les contraintes de ce nouveau mode de recensement. Dans sa réponse, le ministre indique que les enquêtes de recensement font partie du nouveau dispositif de recensement de la population. Elles concernent chaque année un cinquième des communes de moins de 10.000 habitants et la totalité des communes de plus de 10.000 habitants. La loi précise que les enquêtes de recensement sont préparées et organisées par les communes qui reçoivent, à ce titre, une dotation forfaitaire de l'Etat. Le montant de cette dotation a été fixé par le décret n° 2003-485 du 5 juin 2003, après avis favorable du comité des finances locales. Les charges forfaitairement couvertes sont liées au concours de la commune et du personnel pour réaliser les enquêtes mais aussi à la préparation de l'opération et aux actions qui l'accompagnent. Le calcul de la dotation repose sur des critères simples, objectifs et faciles à administrer : le mode de collecte, le nombre d'habitants (selon le recensement de 99) et le nombre de logements. « Cela assure l'égalité du traitement des communes, précise le ministre. C'est dans un souci de simplicité que cette décision a été prise ; il s'agissait d'assurer aux communes une bonne lisibilité de cette dotation, que ne permettait pas la pratique antérieure d'acomptes et de remboursements a posteriori. Les crédits affectés à la dotation forfaitaire de recensement sont en nette augmentation par rapport au système antérieur de remboursement. Ce montant assure aux communes, mutatis mutandis, un financement amélioré par rapport à la situation observée à l'occasion du recensement de la population de mars 1999. Par ailleurs, le montant n'est pas affecté ; les communes en ont la libre disposition, ce qui devrait en rendre l'utilisation plus efficace.» Quant aux charges de recensement, le ministre rappele que le recensement s'est, de tout temps, effectué à frais partagés entre l'Etat et les communes. La loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité a certes redéfini les responsabilités respectives des deux partenaires, mais elle n'a pas bouleversé pour autant le partage des tâches. Seul l'encadrement des agents recenseurs est désormais dévolu à la commune alors qu'il incombait à l'INSEE lors des recensements précédents. Chaque commune est responsable du recrutement et de la rémunération des agents recenseurs (agents communaux ou recrutement extérieur). «La dotation forfaitaire n'a pas vocation à couvrir nécessairement dans tous les cas l'ensemble des coûts, s'agissant d'une opération pa
Édition du 28  novembre 2005 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 27  novembre 2005

  • Mise en oeuvre de certains régimes de soutien direct en faveur des producteurs dans le cadre de la politique agricole commune


    Lire le JO  

  • Ministère du travail

    Agence nationale pour l'amélioration de l'habitat


    Lire le JO  

  • Parcs naturels régionaux


    Lire le JO  

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de février :

Contrats financiers 2018-2020 : la méthode ne convainc pas les élus locaux
Outre-mer : répondre au défi des ouragans
TERRITOIRES. Le projet alimentaire territorial, un modèle d'avenir
PRATIQUE. Opter pour une gestion dynamique du cimetière 

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr