Édition du 9 mars 2016


Imprimer Imprimer

A Cannes, la lutte contre l'incivisme générerait de « fortes économies »

Economies substantielles, qualité de vie et attractivité retrouvées. A Cannes, depuis les dernières municipales, la lutte contre l’incivisme est la grande priorité du maire, David Lisnard, qui en a fait la « cause municipale » de son mandat. Invité hier par l’AMF pour une conférence de presse afin de « valoriser les actions locales innovantes et marquantes », le maire cannois n’a pas de mots assez durs pour qualifier l'incivisme. Jeter des détritus, uriner dans les rues, circuler bruyamment ou encore ne pas ramasser des déjections canines sont, pour lui, comme « un bras d'honneur, un abandon de soi, un irrespect du domaine public ». Et lutter contre n’est « pas un gadget ».
En dix-huit mois, les résultats seraient déjà « suffisamment probants ». Outre, l’amélioration de la qualité de vie de la ville, des « économies fortes » ont déjà été constatées. Le coût annuel du nettoyage des déjections canines, par exemple, serait ainsi passé de 700 000 euros en 2013 à 199 000 euros en 2016. Et les incivilités baisseraient : en 2005, la ville dépensait 560 000 euros pour nettoyer les 63 000 m2 de tags. Dix ans plus tard, elle n’en dépenserait plus que 28 000 pour 3 281 m2 de graffitis. Des sources d’économies non négligeables « en cette période où les collectivités sont asphyxiées, voire pillées par les baisses de dotations », souligne le maire de Cannes qui insiste également sur le rôle pédagogique des réparations : « Réprimer le tagueur en lui faisant repeindre le mur qu’il a dégradé, c’est efficace ». Il n'hésite donc plus à recourir aux travaux d'intérêt général (TIG) pour effacer les dégradations. L’an passé, 46 personnes ont ainsi été accueillies dans les différents services de la mairie pour réaliser 4 700 heures de TIG, ce qui correspond approximativement au volume de travail de « trois personnels » pour une année.
La politique de la communes fait déjà des émules : Paris, Grasse, Nice, Tourcoing, Fontainebleau… s’intéressent de près aux méthodes cannoises. Car les maires ont « un pouvoir concret », martèle David Lisnard. A Cannes, jeter un détritus, un mégot ou encore uriner sur la voie publique est dorénavant systématiquement sanctionné par une contravention pouvant aller de 180 à 1 500 euros (pour les encombrants), et doubler lors de récidive. Depuis avril 2014, date de la mise en place du plan de lutte intensive contre l’incivisme, le nombre de verbalisations a explosé. Après avoir été formée et réorganisée complètement, la police municipale a ainsi dressé plus de 16 000 procès-verbaux et rapports d’information concernant des actes d’incivisme.
Les 200 policiers municipaux et 43 ASVP sont dorénavant plus présents et, chaque jour, un secteur de la ville est particulièrement surveillé. Des patrouilles en civil circulent dans les rues de la commune depuis le printemps 2015 avec l’accord du procureur de la République. Leur objectif : prendre en flagrant délit les personnes qui manqueraient de civisme. Une application pour smartphones a aussi été créée. Les Cannois peuvent désormais signaler les actes d’incivilité dont ils sont témoins en envoyant une photo aux services municipaux (« Allô mairie ») pour qu’ils interviennent.
Pour sensibiliser les habitants, une vaste campagne de communication a également été lancée sur les panneaux d’affichage de la ville. En cinq langues, pour que les touristes n’y échappent pas non plus. Des ateliers et des cours sont aussi dispensés dans les écoles et des actions spécifiques, comme la distribution de cendriers jetables sur la plage, sont mises en place. « C’est le caractère tout azimut, redondant et répétitif du dispositif qui fait sa réussite », estime le maire de Cannes.
Et le président de l’AMF, François Baroin, de soutenir l’initiative : « On veut qu’un maximum de communes s’inspirent de cet exemple ». Et pour y arriver, l’AMF travaille déjà sur un kit clé-en-main réalisé sur le modèle cannois et à destination des communes qui auraient des moyens plus réduits.

Pour aller plus loin sur le site Internet de la ville de Cannes.
Édition du 9 mars 2016 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 9 mars 2016

  • Ministère des solidarités et de la santé

    Arrêté du 22 février 2016 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques agréées à l'usage des collectivités et divers services publics


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Arrêté du 24 février 2016 fixant pour l'année 2016 l'organisation de la région de gendarmerie d'Ile-de-France


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Décision du 23 février 2016 modifiant la décision du 7 mars 2014 autorisant l'expérimentation d'un dispositif de signalisation relatif à la voie spécialisée partagée sur l'autoroute A 48 (section concédée à la société des autoroutes Rhône-Alpes)


    Lire le JO  

  • Ministère de la transition écologique et solidaire

    Arrêté du 7 mars 2016 portant prise en considération du projet de création du Parc national de forêt feuillue de plaine


    Lire le JO  

  • Ministère des solidarités et de la santé

    Arrêté du 7 mars 2016 portant sur les modalités de répartition de la dotation prévue à l'article 116 de la loi de finances du 29 décembre 2015 rectificative pour 2015 destinée à la restructuration des services d'aide et d'accompagnement à domicile


    Lire le JO  

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de mai


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr