Édition du 12  janvier 2004


Imprimer Imprimer

Le ministre des Finances Francis Mer justifie la réforme de la taxe professionnelle

Le ministre des Finances Francis Mer a confirmé vendredi que les baisses d'impôts des années à venir seraient plus "ciblées" que générales. Selon lui, "ça passe par la confiance", et "notamment celle des investisseurs, d'où l'intérêt à court terme, en dehors des raisons de fond, de suspendre" la taxe professionnelle sur les investissements nouveaux des entreprises industrielles, comme annoncé par M. Chirac. Revenant sur les propos tenus mardi par le président Jacques Chirac, M. Mer a rappelé: "Il a parlé de baisses d'impôts ciblées vers les problèmes du futur, les retraites, les soins aux personnes âgées et handicapées". "S'il y a des baisses d'impôts, elles seront bâties de manière telle qu'elles correspondent à des incitations de l'épargne vers telle et telle affectation", en tout cas "c'est comme ça que je vois les choses aujourd'hui", a expliqué M. Mer. M. Chirac avait indiqué que "la baisse de l'impôt sur le revenu se poursuivra et sera orientée par priorité" vers de tels objectifs. Tout en considérant que "la reprise est là" et que le rythme de la croissance au premier semestre pourrait être "un peu supérieur" au 1,7% prévu pour l'année par le gouvernement, M. Mer a "refusé" de parler de "cagnotte" en cas de recettes fiscales meilleures que prévu en 2004. "Nous avons un déficit suffisamment important pour que, s'il y a de bonnes surprises sur les recettes fiscales, elles soient affectées à une meilleure maîtrise du déficit", a-t-il dit. Selon lui, "nous ne pouvons pas continuer à afficher année après année les 55 milliards d'euros qui caractérisent le déficit 2004". Alors qu'on lui demandait comment il comptait consolider la croissance, ainsi que le demande M. Chirac, M. Mer a répondu: "Ce n'est pas uniquement la demande du président de la République qui est importante, notre objectif c'est de créer les conditions pour que cette croissance qui revient soit utilisée à plein dans notre pays et dans la zone euro". Budgétairement, "c'est un sujet qui concerne uniquement 2006 et 2007 et nous avons le temps d'ici là de voir comment aura évolué la conjoncture", a-t-il dit. Quant au moral des ménages, actuellement bas, "il est lié essentiellement à ce qu'ils voient: le coût du marché le samedi, et le niveau de l'emploi", a estimé M. Mer.c=ht
Édition du 12  janvier 2004 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 11  janvier 2004

  • Contrôle financier déconcentré


     

  • Election des conseillers régionaux et des représentants au Parlement européen ainsi qu'à l'aide publique aux partis politiques


     

  • Ministère du travail

    Indemnisation du chômage des agents du secteur public


     

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de mars


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr