Édition du 11  mars 2002


Imprimer Imprimer

Le conseil général des Hauts-de-Seine critiqué par la chambre régionale des comptes pour la gestion des finances du département de 1993 à 1999

Le président du conseil général des Hauts-de-Seine, Charles Pasqua, est critiqué par la chambre régionale des comptes (CRC) pour la gestion des finances du département de 1993 à 1999 mais aussi pour le coût de l'université privée Léonard de Vinci ou certains avantages alloués aux cadres. Dans sa lettre d'observation diffusée par le conseil général, la CRC relève d'abord le poids de la dette du département qui, même s'il bénéficie d'une "croissance plus forte des recettes que des dépenses", devra faire face à "un poids croissant de l'endettement rapporté aux seules recettes de fonctionnement". L'encours de la dette est passé de 1 178 millions de francs (180 millions d'euros) en 1993 à 6 375 millions de francs (970 millions d'euros) en 1999, soit une augmentation de 441%, souligne la Cour des comptes. Pendant la même période, les recettes sont passées de 4,5 milliards de francs (690 millions d'euros) à 6,9 milliards de francs (1,05 milliards d'euros) en 1999. A propos de la faculté Léonard de Vinci, établissement d'enseignement supérieur privé financé par le département pour environ 100 millions de francs chaque année, la CRC relève que les locaux appartiennent au conseil général qui ne les facture pas et qu'au contraire ils sont l'occasion de revenus pour l'association gestionnaire. La Cour des comptes met également en cause le restaurant gastronomique "Le ruban bleu" destiné aux cadres du département. En 2000, il a servi 20 000 repas facturés 12 euros aux fonctionnaires et 18 euros à leurs invités. Si l'ensemble des coûts de ce restaurant devaient être pris en compte, ces repas, observe la CRC, coûteraient en moyenne 60 euros, voire 120 euros. La CRC estime aussi que des avantages divers tels que les logements de fonction de 130 fonctionnaires, des primes, des voitures, des bons d'essence ou des abonnements à la télévision par câble sont, pour nombre d'entre eux, attribués "en dehors de la réglementation et de la jurisprudence".
Édition du 11  mars 2002 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 10  mars 2002

  • Habilitation et agrément des agents des entreprises de surveillance et de gardiennage pouvant procéder aux palpations de sécurité


     

  • Ministère du travail

    Agences régionales de l'hospitalisation


     

  • Transports intérieurs dans les départements de Guadeloupe, de Guyane et de Martinique


     

  • Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique


     

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de mai :

Rythmes scolaires : conserver les acquis de la réforme
Bibliothèques : « Ouvrir plus, ouvrir mieux... » Avec quels moyens ?
Territoires : Le tourisme fluvial allie enjeux touristiques et écologiques
Pratique : Accompagner le développement de la pratique du vélo

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr