Édition du 16  juin 2017


Imprimer Imprimer

210 maires encore en lice pour le second tour des législatives

Le ministère de l¹Intérieur a rendu publique la liste des 1146 candidats au second tour des législatives, qui aura lieu dimanche. En croisant ces données avec les fichiers des maires, il apparaît que presque un cinquième de ces candidats (18 %) sont maires en exercice (210 au total). En cas d’élection, ils seront obligés de renoncer à leur mandat local, comme le prévoit la loi sur le non-cumul des mandats.
La moitié de ces maires sont Républicains (103), 14 sont socialistes et 15 UDI (1). 49 maires encore qualifiés se présentent sous l’étiquette REM (La République en marche). Ils sont pour la plupart anciennement socialistes, radicaux de gauche ou sans étiquette, quelques-uns ont été élus maires sous l’étiquette Modem (Sylvain Waserman) ou UDI (Michel Bernos). Plus rarement, certains sont membres ou proches des Républicains (Jean-Claude Leclabart).
Huit députés-maires sortants se présentent sous l’étiquette REM, dont le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner. Tous étaient députés PS ou Radicaux de gauche.
Ce sont en tout 73 députés-maires sortants qui sont qualifiés pour le second tour, dont une majorité (45) sont Républicains.
On peut relever par ailleurs que parmi les candidats au second tour figurent 7 présidents de conseils départementaux : Damien Abad (Ain), Éric Ciotti (Alpes-Maritimes), Hervé Saulignac (Ardèche), André Viola (Aude), Vincent Descoeurs (Cantal), Maurice Leroy (Loir-et-Cher) et Éric Straumann (Haut-Rhin). Eux aussi perdront automatiquement leur mandat s’ils sont élus. Rappelons en effet que la loi sur le non-cumul des mandats ne donne pas le choix aux élus : une fois qu'ils sont élus députés, leur autre mandat exécutif local (maire, adjoint au maire, président de conseil régional ou départemental, président ou vice-président d’EPCI), doit être abandonné sous trente jours.
Sur la totalité des 1146 candidats, on compte 60 % d’hommes (687) et 40 % de femmes (459). L’âge moyen des candidats reste stable par rapport au premier tour, à 48,7 ans.
F.L.
 
1. On compte également parmi ces maires qualifiés 12 membres du Modem, 6 communistes, un membre de Debout La France, 5 divers droite, 2 divers gauche, 1 FN, 1 extrême droite et un régionaliste.
Édition du 16  juin 2017 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 16  juin 2017

  • Ministère de l'intérieur

    Arrêté du 8 juin 2017 modifiant le règlement de sécurité contre les risques d'incendie et de panique dans les établissements recevant du public


    Lire le JO  

  • Ministère de la justice

    Arrêté du 2 juin 2017 portant modification de l'arrêté du 10 décembre 2009 portant autorisation de création d'un établissement de placement éducatif à Arcueil (94)


    Lire le JO  

  • Ministère de la justice

    Arrêté du 2 juin 2017 modifiant l'arrêté du 29 décembre 2011, portant création d'un établissement de placement éducatif à Liévin (62)


    Lire le JO  

  • Ministère de la justice

    Arrêté du 6 juin 2017 portant modification de l'arrêté du 25 mars 2013 portant extension du service territorial éducatif de milieu ouvert de Pierrefitte-sur-Seine (93)


    Lire le JO  

  • Ministère des solidarités et de la santé

    Arrêté du 12 juin 2017 modifiant la liste des spécialités pharmaceutiques agréées à l'usage des collectivités et divers services publics


    Lire le JO  

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de novembre :

Budget 2018 : de mauvaises surprises pour les élus
La baisse des dotations pèse toujours sur la gestion des ressources humaines
TERRITOIRES. Services au public : des schémas pour quoi faire ?
PRATIQUE. Sécuriser l'occupation temporaire du domaine public

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr