Édition du 20  décembre 2004


Imprimer Imprimer

Alain Rousset (PS) élu président de la Communauté urbaine de Bordeaux

Le socialiste Alain Rousset a été élu vendredi président de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB), succédant ainsi à Alain Juppé, démissionnaire après sa condamnation dans l'affaire des emplois fictifs du RPR. Seul candidat, M. Rousset, par ailleurs président du Conseil régional d'Aquitaine et de l'Association des régions de France, a été élu par 101 voix à la tête de cette puissante collectivité qui regroupe 27 communes, avec un budget annuel de 890 millions d'euros en 2004. Seul accroc à "l'accord de gestion" passé par l'ensemble des groupes politiques avant le vote, on a dénombré 18 bulletins blancs ou nuls et une voix pour le député-maire (Verts) de Bègles, Noël Mamère, absent du vote. Cet accord définit les grandes priorités de la CUB jusqu'à la fin de la mandature: les transports - avec notamment la réalisation de la deuxième tranche du tramway et une réflexion sur une "troisième phase de transport collectif en site propre" - la qualité de vie et l'environnement, le dynanisme économique et l'emploi, ainsi que le logement social. Au terme de cet accord, la droite s'engageait à ne pas présenter de candidat, laissant le champ libre à Alain Rousset. La gauche dispose de toutes façons de la majorité à la CUB, avec 62 conseillers communautaires, contre 58 à la droite, mais le psychodrame de 2001 a marqué les mémoires. A cette époque, le maire de Bordeaux, l'UMP Alain Juppé, avait été réélu président de la Communauté urbaine grâce à deux bulletins dissidents, battant ainsi le candidat socialiste, Alain Rousset. Ce qui avait créé un choc à gauche et fait naître un lourd climat de suspicion. Alain Juppé avait affirmé à l'issue du scrutin ne pas connaître l'identité des conseillers de gauche qui avaient voté pour lui et assuré qu'il n'y avait "eu aucune transaction d'aucune sorte". Vendredi matin, trente-six vice-présidents ont été élus à la CUB, 19 de gauche - dont deux Verts, le mouvement ayant, après débat, décidé de participer à cette co-gestion- et 17 de droite. Avec ce vote prend fin la recomposition des exécutifs locaux provoquée par la démission d'Alain Juppé. Après avoir quitté la présidence de l'UMP en juillet, l'ancien Premier ministre avait démissionné de ses mandats locaux en novembre, au lendemain de sa condamnation à 14 mois de prison avec sursis et un an d'inéligibilité par la cour d'appel de Versailles. Depuis lundi, son premier adjoint municipal, Hugues Martin a pris sa succession à la mairie de Bordeaux. Elu vendredi premier vice-président de la CUB, il avait déjà succédé à Alain Juppé au Palais-Bourbon, en remportant la législative partielle face à la socialiste Michèle Delaunay.
Édition du 20  décembre 2004 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 19  décembre 2004

  • Tarifs des abonnements des publications périodiques régionales sur supports papier et électronique de l'INSEE


     

  • Valeurs de référence de seuils d'effets des phénomènes accidentels des installations classées


     

  • Nominations de préfets


     

  • Habilitation des centres d'information sur les droits des femmes et création du Conseil national d'agrément


     

Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro d'octobre


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr