Édition du 16  mai 2019


Imprimer Imprimer

Logement social : les bailleurs pourront appliquer des « baisses substantielles » de loyers pour les ménages très modestes

Le gouvernement a publié, ce matin au Journal officiel, une ordonnance visant à autoriser les bailleurs sociaux qui le souhaitent à mettre en place, à titre expérimental, des loyers plus faibles et dérogatoires pour les ménages les plus modestes arrivant dans le parc social.
Ce dispositif inscrit dans l’article 88 de la loi Élan permet à ces bailleurs, dorénavant, d'appliquer sur tout ou partie de leur patrimoine des « baisses substantielles » de loyers en faveur de ménages entrants « dont les ressources sont inférieures à 80 % du plafond de ressources pour l'attribution des logements financés par des prêts locatifs aidés d'intégration (PLAI) ». Une mesure qui profite aussi aux locataires bénéficiant d'une mutation dans le parc « du fait de la sous-occupation de leur ancien logement ou du départ d'un logement adapté ».

Un dispositif financé par des majorations de loyers
En prenant « mieux en compte la capacité financière des ménages nouveaux entrants », ces mesures doivent permettre, durant les cinq années que durera l’expérimentation, de « faciliter l’accès au parc social de ménages très modestes » et de « contribuer davantage aux sorties de l'hébergement d'urgence, au plan Logement d'abord et à l’objectif de mixité sociale », indique l’ordonnance. En effet, le Code de la construction et de l’habitation prévoit de consacrer au moins 25 % des attributions réalisées en dehors des quartiers prioritaires de la politique de la ville à destination des demandeurs de logements sociaux les plus modestes.
Pour ce faire, les bailleurs pourront s’affranchir des conditions de financements initiales des immeubles concernés en appliquant aux ménages éligibles à cette mesure des loyers inférieurs aux loyers pratiqués pour les précédents locataires. De plus, ces loyers ne devront « pas excéder les plafonds de loyers pris en compte pour le calcul de l'aide personnalisée au logement (APL) », est-il précisé dans l’ordonnance.
Mais tout le monde n’y gagnera pas au change. Afin de ne pas pénaliser les organismes HLM volontaires et d’assurer le financement de ce dispositif, ce sont d’autres locataires du parc social qui paieront la différence. Ainsi, « les bailleurs engagés dans cette expérimentation pourront appliquer à d'autres locataires entrants des loyers plus élevés, supérieurs aux plafonds des conventions APL en cours et dans la limite des loyers maximaux prévus pour les logements financés par des prêts locatifs sociaux (PLS) », est-il stipulé dans l’ordonnance. Les bailleurs ne pourront, toutefois, pas gagner de ressources supplémentaires grâce à cette opération puisqu’ils seront contraints à « l’équilibre financier global », « le total des hausses et des baisses de loyers devant être équilibré au terme de l'expérimentation ».
A la suite de chaque bilan annuel de la mise en œuvre de cette expérimentation, le préfet pourra mettre un terme à celle-ci « si les objectifs du dispositif ne sont pas respectés ou si l'objectif entre les minorations et majorations de loyers ne peut manifestement plus être atteint ».
Dans un décret publié egalement ce matin, le gouvernement précise que chaque bailleur social peut présenter ses observations, dans un délai d’un mois, lorsque le préfet de départements envisage de mettre un terme à la mise en œuvre de l'expérimentation.
A.W.

Consulter l’ordonnance relative à la politique de loyers dérogatoires.
Consulter le rapport relatif à l’ordonnance.
Consulter le décret fixant le délai de présentation par le bailleur social de ses observations.
Édition du 16  mai 2019 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 16  mai 2019

  • Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales

    Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2019-453 du 15 mai 2019 relative à l'expérimentation d'une politique des loyers prenant mieux en compte la capacité financière des ménages nouveaux entrants du parc social


    Lire le JO  

  • Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales

    Ordonnance n° 2019-453 du 15 mai 2019 relative à l'expérimentation d'une politique des loyers prenant mieux en compte la capacité financière des ménages nouveaux entrants du parc social


    Lire le JO  

  • Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales

    Décret du 15 mai 2019 fixant le délai de présentation par le bailleur social de ses observations en application de l'article 2 de l'ordonnance n° 2019-453 du 15 mai 2019 relative à l'expérimentation d'une politique des loyers prenant mieux en compte la capacité financière des ménages nouveaux entrants du parc social


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Arrêté du 25 avril 2019 modifiant l'arrêté du 21 mai 2015 modifié autorisant l'expérimentation d'une signalisation routière relative à une voie de circulation réservée à certaines catégories d'usagers sur l'autoroute A6a


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Arrêté du 14 mai 2019 portant modification de l'arrêté du 20 mars 2017 modifié portant homologation du circuit de vitesse de Pau-Ville (Pyrénées-Atlantiques)


    Lire le JO  

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de mai


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr