Édition du 19  avril 2019


Imprimer Imprimer

Le téléphone portable, principal contributeur de l’exposition aux ondes électromagnétiques

Chargée de veiller au respect des valeurs limites d’exposition du public aux champs électromagnétiques - comprises entre 28 V/m et 87 V/m (décret du 3 mai 2002) -, l’Agence nationale des fréquences (ANFR) a rendu son verdict : « la conformité du niveau d’exposition aux champs électromagnétiques […] a été déclarée sur tous les sites ayant fait l’objet d’une mesure », écrit l’administration dans son étude annuelle rendue publique ce mois-ci. Seul un site - sur les 3 068 lieux qui ont fait l’objet de mesures en 2018 - a dû être « traité ».
Dans ses conclusions, l’ANFR retient principalement que 90 % des niveaux mesurés apparaissent « inférieurs à 1,8 V/m » et qu’ils sont « plus élevés en milieu urbain qu’en milieu rural ». La téléphonie mobile est le principal contributeur de l'exposition aux ondes électromagnétiques dans plus de 60 % des cas. La majorité de ces résultats proviennent de mesures réalisées en milieu urbain (84 %) et en intérieur (64 %). Plus de la moitié de ces dernières (56 %) ont concerné les lieux d’habitation et 23 % des espaces publics.

Un protocole de mesure de l’exposition
L’ANFR suit à la lettre son « protocole de mesure de l’exposition ». De manière globale (« cas A ») ou détaillée (« cas B »), il vise principalement à « évaluer le niveau d’exposition induit par les équipements fixes utilisés dans les réseaux de télécommunication ou par les installations radioélectriques fixes », explique l’Agence. Des laboratoires de mesure accrédités par le Comité français d’accréditation (Cofrac), « qui doivent respecter des critères d’indépendance », sont ensuite chargés de vérifier « la conformité des niveaux d’exposition vis-à-vis des valeurs limites réglementaires ».
Une mesure détaillée (« cas B du protocole ») a été réalisée dans 2 337 des 3 068 cas expertisés. Il en ressort que « les principales sources d’exposition mesurées sont la téléphonie mobile (TM), les services HF, le WiFi et les services de radiodiffusion FM », souligne l’Agence. Dans 62 % des cas, la téléphonie mobile est « le contributeur principal de l’exposition mesurée ». Cette tendance est « moins marquée en milieu rural » (39 % des cas). Elle est en revanche « plus marquée en extérieur où, dans plus de 79 % des cas, la téléphonie mobile apparaît comme le contributeur principal ».
Lorsque la téléphonie mobile est le contributeur principal (c’est-à-dire dans 1 447 cas sur 2 337 cas B), « le niveau d’exposition le plus important est dans près de 50 % des cas observés dans la bande 900 MHz de la téléphonie mobile ».

Les demandes de mesures ouvertes à tous
Dans le cadre du dispositif national de surveillance, mis en place par la loi du 3 août 2009, « toute personne physique ou morale peut demander à faire mesurer l’exposition aux ondes électromagnétiques aussi bien dans les locaux d’habitation que dans des lieux accessibles au public (parcs, commerces...) ». La démarche est gratuite, rappelle l’ANFR. « La personne qui souhaite faire réaliser une mesure remplit un formulaire de demande, téléchargeable sur le site internet www.service-public.fr ».
Ce formulaire doit être contre-signé par un organisme habilité par le décret du 14 décembre 2013 : collectivités locales (communes, groupements de communes…), agences régionales de santé, certaines associations agréées par le ministère de l’Environnement ou le ministère de la Santé.
Ludovic Galtier
Télécharger l'étude de l'ANFR.
Accéder au site de demande de mesure.
Accéder à Cartoradio, la carte des antennes et des mesures radioélectriques.
Édition du 19  avril 2019 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 19  avril 2019

  • Ministère de l'économie et des finances

    Décret du 17 avril 2019 portant classement de la commune de Millau (Aveyron) comme station de tourisme


    Lire le JO  

  • Ministère de l'économie et des finances

    Décret du 17 avril 2019 portant classement de la commune de Versailles (Yvelines) comme station de tourisme


    Lire le JO  

  • Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales

    Décret n° 2019-335 du 17 avril 2019 relatif à la mise en bière de corps dans un cercueil


    Lire le JO  

  • Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales

    Arrêté du 12 avril 2019 portant ouverture d'un concours externe et d'un concours interne d'éducateur des activités physiques et sportives, session 2020, organisé par le centre de gestion de la Sarthe


    Lire le JO  

  • Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales

    Arrêté du 12 avril 2019 portant ouverture en 2020 des concours externe et interne d'éducateur territorial des activités physiques et sportives principal de 2e classe, pour les collectivités territoriales et établissements publics territoriaux de Bretagne et des Pays de Loire par le centre de gestion d'Ille-et-Vilaine


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Décret du 18 avril 2019 portant nomination du sous-préfet de Clermont-sur-Oise - M. CHEVRIER (Michaël)


    Lire le JO  

  • Ministère de l'intérieur

    Décret du 18 avril 2019 portant nomination de la sous-préfète de Nogent-sur-Seine - Mme PEURIERE (Dominique)


    Lire le JO  

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de mai


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr