Édition du 6 décembre 2018


Imprimer Imprimer

Interview exclusive : l’Arcep veut « s’ouvrir aux mesures réalisées par les territoires » sur la couverture mobile


G. Araujo
Sébastien Soriano, président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), présente, en exclusivité pour Maire info, la version II de « Monreseaumobile.fr ». Afin d’enrichir les données publiées sur l’outil cartographique, l’Arcep annonce qu’elle va « s’ouvrir aux mesures réalisées par les territoires pour recenser les zones mal couvertes » en leur confiant des outils de mesure appropriés. In fine, les données collectées par les territoires seront ajoutées à un « entrepôt de données mobiles » et pourront être agglomérées sur la plateforme « Monreseaumobile.fr ».

Quel est l’état d’esprit de la nouvelle version de « Monreseaumobile.fr » ?
L’idée est d’enrichir l’information, qu’elle vienne de l’Arcep ou non. Au début de l’année 2019, l’Arcep va montrer l’exemple et mettre à disposition de tout un chacun plus de 3 millions de mesures inédites issues des campagnes de qualité de service pour les lieux de vie et de vérification de la fiabilité des cartes de couverture des opérateurs. Ces données seront affichées en superposition des cartes de couverture existantes et diffusées en open data pour mieux qualifier la qualité de l’expérience mobile. Elles vont enthousiasmer certains territoires – puisque nous pratiquons des tests dans des départements tirés au sort (une sorte de carottage en fonction de leurs caractéristiques géographiques) – mais aussi en décevoir d’autres : là où nous n’aurons aucune mesure à verser, les vérifications étant faites ailleurs.

Que va proposer l’Arcep à ces zones où aucune mesure n’est réalisée ?
Nous fournissons des cartes qui couvrent l’ensemble du territoire national. En complément, pour les territoires qui veulent aller plus loin, l’Arcep publie un « kit du régulateur ». Destiné aux collectivités et à tous les acteurs qui souhaitent mener des mesures comparables à celles de l’Arcep, par exemple dans des zones mal couvertes, il va permettre aux collectivités d’objectiver le ressenti – d’absence de réseau mobile - avec une information plus détaillée et plus fine. Pour être clair, l’Arcep amène aux collectivités la règle et le compas. Ce qui s’avérera d’autant plus utile maintenant que, grâce au New Deal Mobile, ce sont les territoires qui définissent les zones où le réseau doit arriver en priorité [ce que l'on appelle le dispositif de couverture ciblée, qui permet aux collectivités qui se trouvent dans des zones mal couvertes d’établir une liste de sites prioritaires à couvrir en 4G, ndlr]. Le kit du régulateur est donc, pour elles, un vrai outil d’aide à la décision.

Concrètement, que permet ce « kit du régulateur » ?
Nous proposons aux collectivités des outils sérieux, fiables et à valeur ajoutée et les invitons à mobiliser les protocoles que nous avons publiés pour les mesures en environnement maîtrisé. Il s’agit, par exemple, de vérifier la disponibilité du service (voix/SMS) à partir d’un téléphone situé à l’arrière d’une voiture en circulation (La Poste, ambulances, pompiers…).

Le financement du prestataire, en charge de ces mesures, est-il aux frais de la collectivité ?
Oui, même s’il n’y a évidemment pas de caractère obligatoire. À l’échelle d’un département, cela peut représenter une centaine de milliers d’euros. Mais en contrepartie, l’Arcep va valoriser leur travail. Les données collectées par les territoires pourront être agglomérées sur la plateforme « Monreseaumobile.fr ». Par ailleurs, je rappelle que nous publions d’ores et déjà des cartes couvrant l’ensemble du territoire.

Vous invitez par ailleurs les collectivités à s’engager dans le crowdsourcing (paiement participatif) qui est moins coûteux. En quoi cela consiste ?
Le principe est que les collectivités nouent des partenariats avec des outils de crowdsourcing et ce sont par exemple les administrés qui testent les réseaux. Ça se fait déjà : certaines collectivités ont d’ailleurs malheureusement utilisé des tests à proscrire. Des tests qui ne mesurent la couverture mobile qu’en fonction du nombre de barres de réseau, tel que le permet l’application Open Barres de l’Agence nationale des fréquences (ANFR) : un outil utile pour lutter contre les brouillages mais totalement inadapté lorsque l’on traite la question de la couverture mobile. Vous pouvez très bien avoir des barres sur votre téléphone sans pour autant être en mesure de l’utiliser.

D’où le lancement en 2019 du « code de conduite de mesure de la couverture »…
Oui, c’est en quelque sorte le filet de sécurité. L’Arcep va recommander des outils conformes à ce code de bonne conduite, qui détermine le minimum d’exigences que doivent proposer les tests crowdsourcing. Le niveau minimal mis en avant par l’Arcep est de tester activement un service, voix ou data. Dès le début de l’année 2019, certains outils, respectant le « code de conduite », seront labellisés. Sa version définitive sera publiée ensuite, dans six mois.

Repenser « Monreseaumobile.fr », est-ce finalement une façon pour l’Arcep de répondre au décalage que certains ressentent sur le terrain entre les cartes présentant l’état de la couverture mobile sur le territoire et la réalité ?
Oui car la seule information de couverture est parfois insuffisante et il faut alors compléter par des mesures de qualité, d’expérience, qui recourent à des tests plus poussés. Les cartes publiées par l’Arcep sont certes imparfaites mais elles ont atteint le meilleur niveau standard mondial. Elles renseignent l’utilisateur sur la disponibilité du service, ce qui est rare, en proposant plusieurs niveaux de gris : couverture limitée, bonne couverture, très bonne couverture. Je ne dis pas que nos cartes sont parfaites, mais mieux vaut travailler à les compléter qu’à les contredire.
Propos recueillis par Ludovic Galtier
Édition du 6 décembre 2018 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 6 décembre 2018

  • Ministère de la transition écologique et solidaire

    Arrêté du 29 octobre 2018 fixant la liste des certificats, diplômes et titres de qualification professionnelle délivrés par le ministère de l'agriculture et de l'alimentation et permettant la délivrance de l'autorisation d'intervention à proximité des réseaux prévue par l'arrêté du 15 février 2012 relatif à l'exécution de travaux à proximité de certains ouvrages souterrains, aériens ou subaquatiques de transport ou de distribution


    Lire le JO  

  • Ministère de l'économie et des finances

    Arrêté du 20 novembre 2018 modifiant l'arrêté du 10 juillet 1996 relatif aux factures de distribution de l'eau et de collecte et de traitement des eaux usées


    Lire le JO  

  • Ministère de l'action et des comptes publics

    Décret n° 2018-1085 du 4 décembre 2018 relatif à la communication d'informations nécessaires à l'appréciation des ressources des bénéficiaires de l'allocation personnalisée d'autonomie


    Lire le JO  

  • Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales

    Arrêté du 27 novembre 2018 portant ouverture du concours d'ingénieur territorial, spécialité « Prévention et gestion des risques », session 2019, organisé par le centre de gestion de la Haute-Garonne


    Lire le JO  

  • Ministère de la culture

    Arrêté du 20 novembre 2018 portant création d'un traitement automatisé de données à caractère personnel dénommé « 1 % artistique »


    Lire le JO  

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro d'octobre


 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr