Édition du 15  novembre 2017


Imprimer Imprimer

Les emplois francs expérimentés dans sept agglomérations

Les emplois francs, qui offrent une prime aux entreprises qui embauchent les habitants des quartiers populaires, seront expérimentés l'an prochain dans sept agglomérations : quatre zones intercommunales de Seine-Saint-Denis, le Val de France (Sarcelles, Villiers-le-Bel), Grand Paris sud (dont Grigny et Evry), Marseille, Lille, Angers et Cergy-Pontoise, a annoncé hier l'Elysée.
Les emplois francs sont « le pendant indispensable de la lutte contre la discrimination », a commenté Emmanuel Macron en présentant à Tourcoing (Nord) sa politique de la Ville, rappelant que cela « a été plusieurs fois tenté et a échoué » en raison de « trop de critères et de contraintes » (lire article ci-dessous).
L'Assemblée a voté la semaine dernière, à l'initiative du gouvernement, une expérimentation d'avril 2018 à fin 2019 de ces emplois francs, promesse de campagne d'Emmanuel Macron. Ce dispositif, budgété à hauteur de 180 millions sur 3 ans, s'adresse aux chômeurs de tout âge et doit être généralisé en 2020 (lire Maire info du 10 novembre). Le gouvernement a parallèlement décidé de réduire le nombre d'emplois aidés à 200 000 en 2018 contre 310 000 en 2017, soit une économie budgétaire d'un milliard d'euros.
L'expérimentation permettra l'embauche de 12 000 à 25 000 personnes en emplois francs l'an prochain, selon l'Elysée. Une entreprise ou association bénéficiera d'une prime de 15 000 euros sur trois ans pour l'embauche en CDI et 5 000 euros sur deux ans pour un CDD de plus de six mois attribué à un demandeur d’emploi de ces quartiers.
Parmi les zones choisies figure l'agglomération d'Angers (Maine-et-Loire), département du député LREM Matthieu Orphelin, qui avait milité pour les emplois francs. Les emplois francs expérimentés pendant le quinquennat Hollande avaient été abandonnés en 2014. Alors que le gouvernement avait initialement prévu de financer 10 000 emplois sur trois ans, seuls 250 avaient été signés en raison de critères trop rigides. Le ministère du Travail a souligné que « les leçons de l’expérience précédente ont été tirées », arguant que « le public cible a été élargi à tout demandeur d’emploi et que le montant d’aide a été relevé pour être plus incitatif ».
Édition du 15  novembre 2017 image
Journal Officiel

Journal Officiel du 15  novembre 2017

  • Ministère de l'intérieur

    Arrêté du 29 septembre 2017 portant création de la commune nouvelle de La Devise


    Lire le JO  

  • Ministère de la transition écologique et solidaire

    Décret n° 2017-1559 du 13 novembre 2017 modifiant l'article D. 641-13 du code de l'énergie


    Lire le JO  

  • Ministère de la transition écologique et solidaire

    Arrêté du 8 novembre 2017 portant nomination d'une directrice régionale adjointe de l'environnement, de l'aménagement et du logement (région Hauts-de-France)


    Lire le JO  

  • Assemblée nationale

    Ordre du jour


    Lire le JO  

  • Sénat

    Ordre du jour


    Lire le JO  

  •  
Abonnez-vous
à la newsletter

Quotidien   Hebdomadaire
Rechercher par dossiers
Retrouvez tous les articles depuis 2002 classés par rubriques

Organisation, Gestion Communale

Finances et fiscalités locales

Territoires

Environnement, développement durable

Urbanisme, Habitat, Logement

Action sociale, Emploi, Santé

Education jeunesse

Culture, Sports et loisirs

Europe International

Etat, Administration centrale, Elections

Juridique

Rechercher par calendrier
Retrouvez une édition par date :
Maires de France

Découvrez en exclusivité quelques articles du numéro de novembre :

Budget 2018 : de mauvaises surprises pour les élus
La baisse des dotations pèse toujours sur la gestion des ressources humaines
TERRITOIRES. Services au public : des schémas pour quoi faire ?
PRATIQUE. Sécuriser l'occupation temporaire du domaine public

 


Pour vous abonner www.amf.asso.fr